vendredi 8 novembre 2013

Ça va être noël tous les jours! (épisode I)

Les commerçants (et les industriels par corollaire) n'ont manifestement pas le même calendrier que nous. Pour le quidam moyen, lorsque l'hiver arrive, il convient de ressortir les chemises à manches longues, les cols roulés, les écharpes, les chaussures  étanches et fourrées, les gants.
Le marchand de fringues, lui, à cette période, il sort les petits top en dentelle à manche courte et à dos nu, les débardeurs, les blousons d'été, les shorts, et tous les articles mirifiques de la collection printemps-été de l'année suivante. Logique.
D'ailleurs, je ne vous parle pas de la galère à trouver une paire de chaussures chaudes et étanches en février, après les soldes, l'ancienne collection hiver ayant été justement soldée. Authentique. Mais tu peux toujours acheter des tongs. C'est sympa pour faire des batailles de boules de neige.

De la même façon, dès le mois de juin-juillet, commencent à fleurir les catalogues et prospectus... sur la rentrée scolaire de septembre. Et fin septembre, les premiers catalogues de jouets de Noël pointent le bout de leur nez. C'est vrai qu'il ne reste jamais que trois mois avant l’événement. Juste un quart de l'année. Et j'ai l'impression que ça avance chaque année : l'an passé, on ne les voyait qu'en octobre. Si ça continue on les aura en août...
– Doc! Mais!?  Nous sommes en juin et c'est le catalogue des jouets de Noël?
– Nom de Zeus Marty! Nous sommes en plein paradoxe spatio-temporel! C'est une catastrophe!

Fondamentalement, Noël étant, généralement, une période faste pour les commerçants, j'ai l'impression qu'ils aimeraient bien qu'on fête Noël toute l'année. Ou en tout cas, le plus tôt possible. D'où l'envoi des catalogues le plus tôt possible. Histoire de griller la concurrence aussi... En même temps, c'est stratégiquement discutable : ceux qui ont des gnomes me comprendront, mais entre septembre et décembre, le gnome peut changer environ 15 fois d'avis sur ce qui lui ferait plaisir au pied du sapin. Pas de précipitation donc...

Il y a quelques années, ils avaient tenté un "moyen terme" entre la rentrée et Noël en essayant de faire passer Halloween dans les mœurs française. L'occasion de nous fourguer par la même occasion citrouilles (ceci dit, c'est la saison, et ça peut se cuisiner de plein de façons différentes), déco à base de toiles d'araignée et de guirlandes de fantômes noirs et oranges, bonbecs et autre déguisements de monstres.
Déguisements de monstr... ah non, pardon, ça ce sont des déguisements de pouffe emo.
Mais ça n'a pas vraiment pris. Ou plutôt : ça a pris gentiment, mais sans générer les revenus attendus par les commerçants, qui se sont retrouvés avec des tonnes de citrouilles et de déco invendues sur les bras.

Siège de la World Corporation™, division France :
– Bon, alors, mon petit Jean-Kevin... Halloween, ça s'est cassé la gueule. Un échec commercial. Vous avez des idées pour rattraper le coup?
– Euh... M. le directeur, c'est à dire que... c'est pas une bonne période, les gens n'ont plus d'argent.
– Tatata. En cherchant bien, on en trouve toujours. Au pire ils attaqueront leur épargne, au mieux ils feront appel à notre filiale de crédit à la consommation.
– D'accord, mais... à part Halloween, y a rien avant Noël... et Noël c'est porteur, pas facile de faire penser les gens à autre chose.
– Et bah voilà! Bravo Jean-Kevin. On va avancer Noël. Juste après la rentrée. Ah et puis on va avancer la rentrée aussi. En se débrouillant bien, on doit pouvoir boucler toute l'année la-dessus. 

Logique finalement : octobre-novembre, c'est la période des impôts et autres taxes d'habitation, foncier, et j'en passe sur les factures diverses. C'est après la rentrée –le portefeuille des parents d'enfants scolarisé est exsangue– et avant Noël –les parents commencent à hypothéquer leurs reins en vue de l'achat des cadeaux– du coup, il n'y a plus trop de budget pour Halloween. Alors oui, les gens le fêtent, un peu, parce que c'est rigolo et que ça plait aux gnomes, mais il le fêtent à l'économie : déguisement cheap faits maison, déco minimaliste système D, restes de bonbecs du pot de départ de Gégé de la compta, etc...

Petit apparté
On va me dire "Halloween, oui mais nan, tu vois, c'est pas dans nos traditions, c'est un truc des américains". Ce à quoi certains répondront "Ah non, mais si mais carrément ça vient de chez nous à la base, tu vois, c'est un truc des druides chez les celtes tout ça". Voire "Nan mais moi, je fête pas Halloween, je fête Samain, c'est pas pareil."
Ok. Personnellement, ça peut s'appeler Halloween, Samain, la saint Trilili, et ça peut venir des USA, des celtes, des martiens, ça m'est un peu égal en fait... j'aime bien fêter des trucs. Si c'est amusant et bon enfant, je prend. Surtout si ça ne coûte pas un testiboule. Je suis totalement agnostique, et je fête pourtant Noël.
Mais bien sur chacun fait comme il le sent. Evitez juste les excuses à deux balles du style :


► encore un truc commercial / encore un truc 'ricain
◄ combien le disent en bouffant au MacDal™ 3 fois par semaine et en faisant exploser la carte bleue aux fêtes de fins d'années? Il ne tient qu'à vous d'en faire un truc pas commercial. Quand au côté 'ricain, ça n'a pas l'air de vous gêner des masses quand vous achetez un smartphone...

tous ces monstres, ces thèmes horrifiques, ça véhicule une image morbide, ça n'est pas porteur de choses positives
◄ et parmi ceux-là, combien vouent un culte à la minceur, encourageant ainsi leurs gamines à suivre un régime pour "garder la ligne" qui les transforment en squelettes sur pattes. Et sinon, il fait beau chez les bisounours?
L'une de ces deux images est morbide. Sauras-tu trouver laquelle ami lecteur?
ça n'est pas dans nos valeurs judéo-chrétiennes de français de souche porteuses d'amour et de tolérance [Note de papa Hérisson : mouahahahaha! je me gausse!]
◄ pour rappel, ceux qui tiennent ce discours peuvent entrer généralement dans deux catégories possibles. La première : ceux qui ont des convictions religieuses proches du néant et ne vont jamais à l'église/au temple/à la synagogue/à la mosquée/etc (mais fêtent quand même Noël, Pâques, la galette des rois, et accessoirement la fête des mères qui a été inscrite officiellement au calendrier sous le régime de Vichy pour rappel). La deuxième, ce sont ces gens là (amour et tolérance donc) :
video

(source : http://www.angersmag.info/Taubira-injuriee-a-Angers-la-preuve-_a8029.html)

Fin de l'apparté

Bref : Halloween étant un échec commercial, il fallait trouver quelque chose pour meubler, donc autant avancer Noël. L'avantage avec cette technique, c'est que s'ils s'y prennent bien, ils peuvent nous faire le même coup qu'avec les collections de mode, et nous préparer Noël au début de l'été. Voir juste après le Noël précédent. Vous vous dites que j'exagère? Vraiment? Songez à ce qui se passe après une élection présidentielle en France... que font les dirigeants politiques? Ils se déchirent en vue de la prochaine. Cinq ans plus tard.
Nom de Zeus! La pub Canal+ pour Noël 2025... les rennes chantent encore plus faux, on dirait du Justin Bieber!
Bon. Pour les pubs Noël n'importe quand, admettons. Intéressons-nous à présent au contenu des catalogues... rendez-vous bientôt dans :


(et ça ne sera pas publié dans 6 mois)

1 commentaire:

  1. Effectivement les catalogues de Noël arrivent assez tôt mais ça ne me choque pas et ça me permet d'étaler les dépenses sur 3 mois au lieu d'1 (parfois des promos intéressantes).
    Par contre le catalogue de rentrée avant même les vacances, ça me déprime grave!

    RépondreSupprimer