mercredi 12 novembre 2014

Le fantôme de l'Opéra(tion grippe A) – partie 2

Résumé des épisodes précédents

L'ami L'informateur La vague connaissance de papa Hérisson, Paul Bismuth a fait venir notre héros place Vendôme pour lui montrer un gros sextoy objet vert incongru.
Non, il ne s'agissait pas de l'obélisque... (oui, je sais j'ai dû trop lire Le lycra ça colle Sticky Pants)
 Mais il sera retrouvé endormi avec une seringue dans le popotin, non loin d'un artiste agressé, et en présence d'un mystérieux fantôme masqué qui parviendra à s'enfuir. Dans la main de Paul Bismuth, un mystérieux message :
Voilà qui est mystérieux!
Hélas, interrogés par la police, papa Hérisson, maman Koala, les gnomes et le chien n'ont pu avancer dans leur enquête. Pire, Paul Bismuth qui est peut être le seul à savoir ce qui s'est passé, a été vacciné contre la grippe A et souffre à présent de narcolepsie. Il est donc incapable de parler. Nos héros arriveront-ils à élucider ce mystère? Vous le saurez en lisant ce qui suit.


Vous pouvez lire le début ici...

5. Squalène, aluminium, mercure... donc, vous admettez la tentative d'empoisonnement?

Holà! Pas si vite! Reprenons l'exemple des maladies auto-immunes : ok certaines études semblent  montrer des corrélations entre vaccination et prévalence de ces maladies, mais corrélation n'est pas lien de cause à effet ! Attention à l'effet cigogne!

–Mouaih... pour autant, l'absence de preuve n'est pas la preuve de l'absence! Et d'ailleurs, une étude sur les liens entre l'autisme et la vaccination ROR (vaccin trivalent Rougeole-Oreillons-Rubeole) a été évoquée dans la presse il y a quelques années...

Mauvais exemple inspecteur : le Dr. Wakefield qui avait conduit l'étude publiée en 1998 a été accusé d'avoir falsifié les résultats. Il fut même radié par l'ordre des médecins. D'autres études postérieures, brouillent encore les cartes sur la question, puisque si la piste vaccinale n'est pas totalement écartée, il ne serait au mieux qu'un co-facteur lié à d'autres causes environnementales (ondes électromagnétiques, prise d'ibuprofène, etc...). En tout état de cause, le débat est loin d'être tranché, mais il est toujours vif.
Tout est relatif. si si.

Le gros souci en matière de toxicologie, c'est qu'il est très difficile de démontrer avec certitude les effets indirects d'une substance donnée, surtout quand on parle d'effets à long terme, parce qu'une corrélation apparente peut être trompeuse et que d'autres facteurs peuvent entrer en ligne de compte. Dans l'absolu, et pour des raisons sanitaires, il faudrait faire jouer le principe de précaution en cas de doute raisonnable. Mais c'est rarement le cas en pratique.

Ceci étant, si des effets secondaires sont en effet reconnus pour la plupart des vaccins, ils sont généralement considérés comme rares, et la balance bénéfice/risque comme favorable à leur utilisation malgré tout. Objectivement, pour des cochonneries comme la variole, la polio, la diphtérie ou la méningite, il est sans doute préférable qu'un vaccin existe, fut-il imparfait. Disons que c'est un moindre mal.
"–Non parce que tu vois, j'ai un panaris et... Aïe! Ma main!
–Oui bon bah ça va fiston hein... le sabrolaser ça cautérise : pas d'hémorragie!"



6. Donc vous dites que c'était de la légitime défense c'est ça?

Et bien... c'est le discours officiel : les vaccins sauvent des millions de vies chaque année, ils permettent d'enrayer des épidémies, d'éradiquer des maladies, ils sont sans danger, et font revenir l'être aimé en moins de 48h. Les statistiques montrant le taux de prévalence des maladies année par année montrent d'ailleurs un effondrement du nombre de malades, et c'est grâce à la vaccination. Et puis il y a le cas d'école : la variole que le vaccin a permis d'éradiquer en 1977.

–Ah ah! A mon tour de vous prendre en défaut : corrélation n'est pas lien de cause de cause à effet ! Et d'ailleurs pour la plupart des maladies, la baisse avait commencé avant l'introduction du vaccin!

L'interprétation de ces données est discutable, et l'absence de preuve n'est pas la preuve de l'absence d'un effet positif du vaccin. Il est bien évident qu'on a pas attendu l'invention des vaccins pour soigner les gens! Ça ne veut pas dire que les vaccins n'ont pas contribué à la baisse dès lors qu'ils ont été introduits... Toutefois il est vrai que le discours officiel est sans doute un rien trop angélique.
Les vaccins, c'est que de l'amour!
Un virologue, le Dr. Paul Offit a par exemple affirmé qu'un enfant (au système immunitaire immature) pouvait sans risque recevoir jusqu'à 100 000 doses de vaccins (il a réduit par la suite à 10 000). Le controversé (un peu conspirationniste sur les bords, le garçon) Mike Adams, rédacteur du site naturalnews.com a rebondi sur cette affirmation et offert 1 million de dollars à tout membre de la direction d'un laboratoire qui accepterait de recevoir ne serait-ce que 1000 doses de vaccins. Mais étrangement, aucun de ces gens là ne doit avoir besoin d'un million de dollars, car le défi n'a pas encore été relevé.
C'est l'aluminium... ça attaque le cerveau : il doit mélanger ses chiffres.

Bon, concrètement : le déclin de beaucoup de maladies a effectivement commencé bien avant l'arrivé de leur vaccin sur le marché. C'est clairement lié à tout un ensemble de choses : amélioration des conditions d'hygiène, alimentation abondante, maîtrise de l'environnement, utilisation de médicaments (si si, certains ont une réelle efficacité), éventuellement mesures de quarantaines (pour les méningites par exemple)... et il est probable que les vaccins aient joué aussi un rôle dans ce déclin.

Prenons le cas d'école de la variole : il est souvent affirmé que le vaccin a permis d'éradiquer cette maladie. En réalité, et même l'OMS le reconnait (mais pas trop fort), c'est une combinaison de plusieurs méthodes dont la vaccination qui a permis de venir à bout de la variole : la stratégie dite de surveillance et d'endiguement à base de vigilance sanitaire, de soins, de quarantaines ciblées, et de vaccination. Le vaccin était donc un élément de la stratégie, mais pas le seul, et rien de permet d'affirmer qu'il fut plus déterminant que les mesures de quarantaine par exemple. Notons d'ailleurs que dès confirmation de la disparition de la variole, l'OMS a recommandé dans son rapport (p.11) de suspendre la vaccination en raison de ses effets secondaires. Voilà voilà...
"–Bon,on a circonscrit Ebola. On va repasser à des méthodes conventionnelles les gars, ok?"

Et puis les affirmations en termes de taux d'efficacité des vaccins sont aussi assez discutables... D'abord, pour un certain nombre de maladies, on manque de recul pour une évaluation en situation réelle. Tout simplement parce que certains vaccins sont trop récents (ceux contre le papillomavirus par exemple). Du coup, le taux d'efficacité est calculé non sur l'efficacité prouvée (et il conviendrait déjà d'être d'accord sur la preuve), mais sur la seule mesure des anticorps spécifiques sur les sujets test lors des études cliniques (voir ce document, p. 30). Sauf que l'expérience a montré que certains individus dont le taux d'anticorps dépassait la limite considérée comme immunisante, pouvaient quand même contracter la maladie. C'est d'ailleurs un peu le nœud de la polémique : les vaccins ont-ils réellement l'efficacité qu'on leur prête, compte tenu du risque d'effets secondaires qu'ils amènent?

–Bin tient justement, puisque vous en parlez : certains affirment que le mode de calcul de ces taux d'efficacité (contre la grippe saisonnière par exemple) est volontairement biaisé! L'efficacité réelle du vaccin se situerait aux alentours de 1,5% !

Je ne vous suivrai pas sur ce terrain, car je n'ai pas accès à l'intégralité de l'étude sur laquelle se base cet article. En outre le calcul à 1,5% est foireux : on ne peut soustraire ainsi des pourcentage, ça ne repose sur aucun fondement mathématique. D'autant que si on connait le nombre de sujets dans le groupe témoin, il n'est pas précisé pour le groupe test. Il faut comparer ce qui est comparable. Je retiens cependant que l'étude conclue que la protection supposée chez les sujets de plus de 65 ans n'est absolument pas prouvée. Dommage puisque la campagne de vaccination anti-grippe cible surtout ces personnes là...
Ils sont forts ces labos pharmaceutiques quand même...
Et si on prend l'exemple spécifique de la grippe A : on a encouragé les vieux à se faire vacciner... alors même que la plupart d'entre eux étaient naturellement immunisés contre cette souche qu'ils avaient déjà croisée dans les années 50. Bien joué. Et la ministre Bachelot avait même prévu deux injections au cas où, alors même que le vaccin classique contre la grippe saisonnière n'en propose qu'une.
Commercial de chez Sanofeur-Pasti™ à la conclusion du contrat "Grippe A" avec la France

–Et concernant le vaccin contre le cancer du col de l'utérus alors? Son efficacité réelle est remise en cause aussi il me semble?

Alors déjà, rien que cette façon de l'appeler me donner envie de péter des rotules. Il n'existe pas de vaccin contre le cancer : le cancer c'est un développement anarchique des cellules! On vaccine contre un germe ou une toxine, pas contre le cancer. A force de prendre les gens pour des cons avec ce genre de raccourci stupide, pas étonnant qu'ils finissent par le devenir.

Bon : il s'agit en réalité de vaccins (il en existe deux différents) contre certaines souches de papillomavirus humain. Et parmi ces souches ciblées, certaines sont considérées comme responsables de certains cancers du col de l'utérus. Comme on le voit, cette formulation plus précise relativise pas mal les choses. Et en termes d'efficacité, on manque clairement de recul (le vaccin n'a pas encore 10 ans) pour affirmer que ce vaccin aurait un impact quelconque sur l'incidence de ce cancer sur le long terme. Du coup, était-il pertinent de dépenser presque 500 millions d'euros dans le monde pour ces campagnes de vaccination? On peut se poser la question... Autant dire qu'un futur scandale se profile à l'horizon, d'autant que ce vaccin est envisagé de plus en plus jeune, pour les filles comme les garçons, et pourrait même être réalisé en milieu scolaire, ce que contestent à juste titre certaines associations. Rappelons quand même que c'est avant tout une MST (le papillomavirus)... il n'est peut être pas utile de vacciner les nourrissons.



7. Mais alors... c'est une conspiration?!

Oui, mais c'est bon la conspiration! Surtout au chocolat.
A en croire certains, la vaccination (et surtout la vaccination obligatoire dans certains pays dont la France) constitue un complot des Illuminati Rose-Croix de la Synarchie du Bilderberg, destiné en vrac à :
  • contrôler le cerveau des gens/rendre la population docile
  • exercer un contrôle des naissances/de la population
  • rendre la population dépendante à Big Pharma
  • permettre la réélection de François Hollande/Nicolas Sarkozy (au choix)
  • créer des clowns psychopathes
  • créer des zombies-mutants
  • faire du fric
  • décimer la population pour permettre l'émergence d'une nouvelle humanité améliorée
  • Obiwan Kenobi
–Han, mais c'est vrai! J'ai même lu dans "La croix" que des organisations catholiques accusent l'OMS d'utiliser des vaccins antitétaniques contenant de l'hormone hCG dans le but de stériliser des femmes kényanes! Afin de réduire la population!

Bien sur! D'ailleurs ça n'est pas la première fois qu'ils font le coup : dans les années 90, ils firent de même au Mexique, aux Philippines, et au Nicaragua. Et tout ça dans le cadre d'un plan global de David Rockefeller et Bill Gates...

–Non? C'est vrai? Mais... c'est horrible!

Non mais... sans déconner? Vous y croyez vraiment? Je veux dire, vous vous figurez sérieusement que :
  1. Bill Gates (qui n'est déjà pas foutu de faire un Windows sans bugs) et David Rockefeller auraient conspiré dans l'intention de réduire la population contre son gré?
  2. Qu'ils s'adresseraient à l'OMS dans le cadre d'une conspiration secrète ou d'un accord occulte?
  3. Pour faire en sorte que cette dernière débauche des labos privés?
  4. Dans le but de produire un vaccin antitétanique modifié contenant l'hormone hCG ?
  5. Afin que l'organisme des femmes vaccinées s'auto-immunise contre cette hormone, essentielle au déroulement d'une grossesse, les empêchant ainsi de mener une grossesse à terme ?
  6. Ce vaccin étant utilisé lors de campagnes de vaccination dans des pays du tiers-monde, parce que merde quand même, tous ces nègres métèques pauvres sans-dents auvergnats sans le sou qui pullulent partout ça fait désordre ?
Ah ce problème des familles nombreuses...
Vous pouvez juste m'expliquer, sans bafouiller ni rougir, POURQUOI ils se feraient chier à mettre au point un plan aussi foireux, complexe et risqué –vous imaginez le nombre de gens impliqué?– dans le seul but de réduire les naissances dans ces pays? Surtout à l'aide d'un procédé à la fiabilité douteuse, alors même que les perturbateurs endocriniens qui polluent de nombreuses zones du monde, dont ces pays en particulier par le biais des pesticides de Monsantox™, vont faire le même boulot de façon beaucoup plus efficace et systématique et sans risque de se faire chopper comme un vulgaire directeur du FMI qui se ferait prendre la main dans la culotte d'une femme de chambre d'un Sofitel...

–Euh ok... mais les analyses qui montrent la présence de hCG dans le vaccin alors?

Ce rapport de l'OMS (en p.3), indique que l'organisation mexicaine ultra-catho pro life (c'est à dire anti-avortement) qui a demandé l'analyse, s'est adressée au labo d'un hôpital local, qui a utilisé de vulgaires tests de grossesse pour montrer la présence de l'hormone hCG. Tous les tests menés dans d'autres laboratoires ne montrèrent aucun présence de hCG, et un laboratoire Hongrois démontra même que l'eau utilisée dans cet hôpital conduisait à plus de résultats positifs sur les tests de grossesse que le vaccin lui-même. Mais c'était trop tard, la rumeur était partie, et elle revient depuis périodiquement.
"–Félicitation monsi... madame le vaccin! Vous êtes enceinte!"
Plus généralement, ceux d'entre vous qui me lisent depuis quelques temps savent que je n'adhère guère aux théories du complot, en vertu d'un principe simple : Ockham avait son rasoir, moi j'ai ma biscotte. Je vous résume : plus un complot est d'envergure et implique de participants, plus il sera impossible à mettre en œuvre en vertu du principe de la biscotte de papa Hérisson, car la bêtise humaine naturelle, l'appât du gain, et l'égocentrisme feront forcément qu'à un moment ça va partir en couille.
Attention, l'abus de théorie du complot est dangereux pour la santé mentale.

Alors un complot lié aux vaccins impliquant une bonne quinzaine de multinationales, des dizaines  d'agences sanitaires, des centaines de gouvernements et des milliers de chercheurs, vous imaginez bien...
"–Bon les enfants, je crois que notre plan pour transformer les humains en Golgoth-rutabagas géants a été éventé..."
Mais attention : le fait qu'aucun complot ne tienne vraiment la route ne signifie pas que le marché des vaccins soit parfaitement transparent, loin de là. Car ce marché est financièrement juteux : estimé à 20 milliards de dollars en 2012 ! De quoi s'offrir quelques résidences secondaires sur des îles paradisiaques pour les personnes occupant des postes clés dans ce marché. Et du coup encourager ces mêmes personnes à prendre quelques libertés avec le principe de précaution, les études cliniques, et les réglementations. De quoi aussi convaincre les décideurs politiques et les autorités de santé de fermer les yeux sur quelques effets secondaires néfastes ou quelques incidents. Bref, comme le marché du médicament classique finalement.

Le fiasco de cette histoire de vaccination contre la grippe A est là pour le démontrer : des millions de doses de vaccins fabriquées et vendues dans l'urgence, insuffisamment testés, à travers des contrats particulièrement avantageux pour les labos, pour une grippe annoncée comme hautement contagieuse et mortelle, et qui s'est très rapidement avérée bénigne. Ah au fait... saviez-vous que ces contrats dédouanaient totalement les labos en cas de pépin (effet secondaire, maladie iatrogène, forte douleur anale...).

Le problème finalement, c'est qu'on a tendance à vacciner pour un oui ou pour un non : beaucoup de vaccins, même pour des maladies qui ne le justifient pas forcément. Le système immunitaire peut-il gérer sans conséquences néfastes toutes ces fausses alertes? Cela n'a-t-il pas pour effet pervers d'affaiblir le système immunitaire au lieu de le renforcer en le sur-sollicitant? La question est posée. Les laboratoires répondent que non, les naturopathes répondent que oui. Les études se contredisent. A vous de voir.


8. Ok bon. Mais la loi, c'est la loi...

... il y a des vaccins obligatoires en France vous savez!

Pas tant que ça : seulement le DTP. Les autres sont justes recommandées dans le calendrier vaccinal, même si l'entrée d'un enfant en collectivité (crêche, école...) est souvent conditionnée au respect du calendrier vaccinal. Ceci étant, des associations se mobilisent contre cette obligation vaccinale. Au nom de la liberté de choix. Ce à quoi les autorités de santé leur répondent d'aller se faire voir, au nom de la santé publique.

Car oui, en substance, l'argument du ministère de la santé c'est que : "bon, les vaccins sont à 100% sans danger, super efficaces, mais que si des gens ne se font pas vacciner, ils mettent en danger ceux qui le sont."

–Pardon? Je croyais que le but du vaccin était de protéger justement! En quoi les gens vaccinés sont-ils menacés par ceux qui ne le sont pas?

Bon ok, la protection n'est pas efficace à 100%, du coup un certain pourcentage de personnes (disons 10 à 12%) se croyant protégés par le vaccin, ne le sont pas...

–Si 10% des vaccinés ne développent pas d'immunité, en quoi cela fait-il une différence si des gens ne se font pas vacciner? Du coup, pourquoi obliger à vacciner?

Rhaaa, c'est pourtant simple : au plus la couverture vaccinale est large, au moins il y a de gens non immunisés! Ça permet d'équilibrer la balance bénéfice/risque...


–Je croyais que c'était 100% sûr?

Oui, mais bon, y a quand même deux-trois effets secondaires possibles et puis... merde quoi! C'est la loi point barre! Fuck!
"–Nan mais c'est ok j'vous promets! Vous nous faites confiance quand même, non?"
Avec ce genre de discours, on comprend que des gens se disent qu'on les prend pour des cons notez bien.

Du coup, certains parents refusent d'appliquer la loi pour leurs enfants car ils ne veulent pas prendre le risque de ces fameux effets secondaires, parfois graves, pour un bénéfice discutable, non garanti, vis-à-vis d'une maladie que l'enfant ne contractera peut-être jamais. Et forcément, comme c'est la loi, ça se termine au tribunal. Et parfois même, ces parents gagnent le procès. D'autres trichent avec l'aide de médecins complaisants (qui prennent de sérieux risques juridiques d'ailleurs) : les carnets de santé comportent le macaron du vaccin, mais celui-ci n'est pas fait en pratique.

Notons que la France fait partie des rares pays européens (avec la Belgique, l'Italie et le Portugal) à avoir une loi d'obligation vaccinale.

Évidemment,  cette volonté de couverture vaccinale maximum, qu'il s'agisse d'une obligation légale ou juste d'une forte suggestion, ne va pas sans poser certains problèmes. Outre un message un peu biaisé (comme cette histoire de vaccin contre le cancer du col de l'utérus), et fortement moralisateur (Ne pas se faire vacciner, c'est mettre les autres en danger!), cette stratégie du "tout vaccin" peu s'avérer contre-productive.

–Comment ça "contre-productive"? Genre : trop de vaccin tue le vaccin?

A plusieurs niveau oui :
  1. Déjà, à trop insister, cela suscite de la méfiance vis à vis de la vaccination (la preuve ci dessus)
  2. Comme on l'a vu pour la variole, faute d'une stratégie globale, on n'éradique pas la maladie ainsi. Pire, on court le risque de favoriser de nouvelles souches, résistantes au vaccin elles : cela commence à s'observer pour la coqueluche par exemple.

Et puis le législateur est parfois un peu con-con dans ses décisions. Ou mal informé. L'actuel projet de loi visant à permettre aux sages-femmes et pharmaciens de réaliser la vaccination  me semble par exemple légèrement dangereux. Il suffit de lire la notice de la plupart des vaccins : il est généralement recommandé au praticien faisant l'injection de garder le sujet sous surveillance pendant une demi-heure pour pallier aux risques de choc anaphylactique (entre autres), et d'avoir de l'épinéphrine ainsi que l'équipement adapté à disposition pour ce cas de figure. Déjà que les toubibs ne le font pas, alors les pharmaciens vous imaginez... Et je ne vous parle pas des infirmières scolaires qui n'ont déjà théoriquement pas le droit de vous filer un aspirine.


9. Bon, vous plaidez coupable ou pas finalement...

... parce que là honnêtement, je ne sais plus ou j'en suis. Les vaccins c'est une bonne ou une mauvaise chose en fait?

Honnêtement, elle est plutôt con cette question. Et les livres par exemple, c'est bien ou c'est mal?

–Hein? Bah c'est idiot comme comparaison : c'est bien les livres évidemment...

Ah oui? Pourtant Mein Kampf est un livre, partiellement lié à la mort de 38 millions de civils. Le Petit Livre Rouge de Mao n'est pas mal non plus dans le genre. Et je ne parle pas de la Bible au nom de laquelle moult générations se sont étripées joyeusement au cours des 2000 dernières années... Sans compter d'autres ouvrages de sinistre mémoire...
Et puis pour imprimer les livres, il faut couper des arbres, détruire des forêts.Et franchement, pour ÇA...
Le livre c'est un outil. Il n'est pas bon ou mauvais en soi, tout dépend de ce qu'il contient et de l'usage qu'on en fait. Les vaccins c'est pareil. Ils sont bien loin de représenter la panacée promise, même s'ils ne sont sans doute pas non plus le "grand Satan" redouté par certains. Il y en a de bien utiles, et d'autres franchement superflus, voire dangereux.

Le mieux est sans doute de ne pas se jeter sur le dernier best seller, afin de ne pas encombrer sa bibliothèque son système immunitaire.

Je vous invite surtout à vous documenter, en gardant l'esprit critique, et ne pas gober aveuglément ce qu'on vous raconte dans un sens comme dans l'autre. 

Sur cette question des vaccins, vous pouvez lire cet intéressant document en ligne, très bien fourni, et dont les sources documentaires sont référencées en détail dans la bibliographie en annexe. Il est en particulier intéressant pour la description des maladies et les spécificités (contenus, effets secondaires connus, etc...) de chaque vaccin. Vous pouvez aussi regarder ce qu'en dit Anne-Estelle du blog Etre Parent, qui a fait un article très détaillé et bien documenté (même si je ne partage pas totalement sa vision), en partie basé sur le livre de Sylvie Simon (que j'avoue ne pas avoir lu) qui fait référence chez les détracteurs des vaccins.



Épilogue

Le piège avait fonctionné. Bon pas tout à fait comme prévu, il est vrai, le fantôme s'étant lancé à la poursuite de Sammy et Scoubidou du p'tit prince et du chien, mais au final, il s'était quand même retrouvé coincé par la tapette géante.

"–Eh! C'est moi que vous traitez de tapette?
–Mais non commissaire..."
–Je me doutais que cet article allait attirer notre "fantôme de l'opération Grippe A". Il ne restait plus qu'à lui tendre un piège. Bien joué p'tit prince, bien joué le chien. Vous avez bien mérité des scoobiscuits!
–Merci p'pa!
–Bon, et maintenant inspecteur, voyons qui se cache derrière ce masque.

Le masque glissa sans difficulté du visage du fantôme, immobilisé par des policiers.

–Oh! s'exclama l'inspecteur, mais c'est...
–Odile Deray, s'exclama tout le monde en cœur.
–Bon sang, l'attachée de presse de Mac Carthy, dit l'inspecteur, mais alors... tout ça n'était qu'une manœuvre pour créer le buzz autour du plug anal de l'oeuvre de Mac Carthy?
–Pas si vite inspecteur, dis-je. Regardez, mademoiselle Deray porte elle même un masque en latex. Voyons donc voir qui se cache derrière...

Avec un bruit similaire à celui d'un élastique qu'on relâche, le visage de latex factice se détacha, révélant le visage de...
Le fantôme de l'opération grippe A!
–Le directeur du parc d'attractions! s'exclama l'inspecteur. Non, désolé, j'ai toujours rêvé de dire ça...
–...
–Je reprends : Nom de... Roselyne Bachelot! s'exclama l'inspecteur.
–Et oui inspecteur, dit maman Koala. C'est que révélait cet indice que nous avions trouvé : Sub... Ros... Au début  nous avions pensé à une référence conspirationniste : Sub Rosa, le leitmotive des organisations secrètes. Mais il s'agissait en fait de la note griffonnée par Paul Bismuth après sa discussion houleuse avec l'artiste Mac Carthy. Paul voulait savoir qui avait subventionné son travail.
Les amateurs de polar se régalent!
–Mais... pourquoi Mme Bachelot a-t-elle subventionné ce plug anal cette œuvre? Et pourquoi se déguiser en fantôme?
–C'est pourtant simple : il lui reste énormément de vaccins contre la grippe A sur les bras. Il lui fallait un coup publicitaire pour les écouler.Le plug sapin de Noël devait servir de support pour une aiguille géante, afin de symboliser une seringue de vaccin. La couleur verte, porteuse de valeurs positives, devait permettre d'en faire une publicité immense pour les vaccins... Mais Mac Carthy ne l'aurait pas laissée dénaturer son oeuvre. Alors elle s'est déguisée en fantôme pour agir incognito...
Un plan presque sans faille...

–Et ça aurait fonctionné! nous interrompit l'ancienne ministre. Si votre bande de gamins et ce sale chien ne s'en étaient pas mêlés! 
–Wouf! fit le chien en quémandant un scoobiscuit.
–Ah ah ah! 
–Ça n'est pas fini, vous m'entendez? éructa Roselyne Bachelot. Je me vengerai... je me vengerai...

Le reste de sa diatribe se perdit dans le vent lorsque les policiers l'emmenèrent sous bonne garde. 

Fin

8 commentaires:

  1. Merci ! A bientôt pour d'autres aventures ^^

    Non, merci vraiment. J'imagine le temps que tu as dû y passer. C'est très ludique. Vraiment, je regrette de ne pas t'avoir eu comme prof.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nan mais en vrai je devais être chiant comme prof... ;)

      Supprimer
  2. C'est vrai que t'as du y passer un temps de dingue. C'est cool que tu aies pu reprendre certaines infos de Mme Simon et de son blog :-)
    En tous cas, ta conclusion revient à peu près à la même que la mienne, sauf que tu es un peu plus nuancé. Moi j'aime bien être catégorique :-P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'ensemble de la tétralogie m'a pris un petit moment oui... mais quand je suis dans truc, ma plume, enfin mon clavier, a vite tendance à s'envoler. Comme on dit : "ce qui se conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément".
      Et oui, nos conclusions se ressemblent ^^

      Supprimer
  3. Comment, ça "FIN" ???
    Déjà ?
    OUIIIIIN !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, les meilleures choses ont une fin ;)

      Supprimer
  4. Et oui, il n'y a pas de réponses catégoriques et je trouve assez dur de prendre les bonnes décisions pour mon fils. J'ai lu "Qui aime bien vaccine peu" que je trouve intéressant sur le sujet mais le choix nous revient toujours...

    RépondreSupprimer
  5. Comme Anne-Estelle, j'aime bien être manichéen...

    Sinon mon homéopathe il dit comme les naturopathes... :p

    Merci à toi Papa hérisson, c'est du gros boulot que tu as abattu pour nous tes lecteurs.

    RépondreSupprimer