mercredi 28 décembre 2016

Le principe de la chocotte-minute

Le gros problème avec la connerie, c'est qu'elle a quelque chose de furieusement universel. Je veux dire : on est tous le con de quelqu'un hein... Pire : on a tous nos moments où on se sent un peu con, parce que brièvement on a agi sans réfléchir ou bien que l'on s'est précipité un peu trop.
Oui, bon, après pour certains, c'est plus un mode de vie voir un fond de commerce qu'un moment accidentel hein...

En général, on agi de façon con lorsque nos actions sont guidées par le cerveau limbique (plus rudimentaire) et non par le cortex supérieur (siège de la logique et du raisonnement). C'est pourquoi les réactions stupides sont souvent associées à des émotions également liées à ce cerveau limbique : l'agressivité, le désir sexuel, la peur...

Or ces réactions "limbiques" sont beaucoup plus standardisées que les réactions cognitives plus élaborées : logique, elles sont plus instinctives. C'est pourquoi ceux qui veulent nous manipuler font plus facilement appel à ce cerveau limbique, en utilisant les stimuli adéquats (agressivité, désir, peur) qu'à notre intelligence.

–Oh! Wait... ceux qui veulent nous "manipuler"? Tu vires conspirationniste? Et c'est qui? Les politiciens ?Les Chinois du FBI? Les Illuminati? Hu hu...

Presque... je voulais bien sûr parler de...
Jean-Kévin, du service marketing!
Jean-Kévin, son taf, c'est de vous fourguer le maximum possible de camelote made in China pour vous faire cracher un maximum de thune, et ainsi faire le bonheur des actionnaires de son entreprise, qui pourront ainsi se vautrer dans le luxe, le stupre et les putes de luxes. Pour y parvenir, Jean-Kévin n'a que deux moyens :

  1. vous fournir un produit indispensable et de haute qualité dont vous ne pouvez pas vous passer, par exemple un hippopotame rouge. Disons-le franchement : c'est improbable. De toutes façons Jean-Kévin bosse au marketing, pas dans l'atelier du Père  Noël... les miracles dépendent des ingénieurs, pas de lui, et les ingénieurs font rarement des miracles.
  2. utiliser la publicité (sous différentes formes) afin de vous faire croire que l'hippopotame rouge présenté représente le summum du top moumoute de la mort qui tue la vie et qu'il vous le faut impérativement.
Bon, soyons honnêtes : Jean-Kévin choisit toujours la seconde option. Sauf que cette deuxième option fonctionne bien mieux si vous êtes en mode émotionnel/cerveau limbique (Oh! Un hippopotame rouge dernier cri!!! J'en ai envie! Il me le faut!!!!) que si vous utilisez vos capacités de raisonnement (What? Wait... Mais qu'est-ce que je pourrais bien faire d'un fucking hippopotame rouge?).

Du coup, pour que la publicité fonctionne bien, il est important pour Jean-Kévin que votre temps de cerveau soit disponible pour recevoir le message qu'elle véhicule.
Ça a le mérite d'être clair.

Du coup, Jean-Kévin va privilégier le placement de ses publicités, et donc payer des espaces publicitaires dans les médias pour cela, en privilégiant les médias et leurs contenus qui vont favoriser leur efficacité.

Dit autrement, les médias gratuits (id est : qui veulent gagner du flouze en vendant des espaces publicitaires) ont intérêt à :

  1. avoir un maximum d'audience (lecteurs, téléspectateurs, auditeurs, internautes, etc...)
  2. capter suffisamment l'attention de cette audience pour que les messages publicitaires puissent s'imprimer

Et oui : quand c'est gratuit, c'est toi le produit. Et pour y parvenir, ces médias utilisent la méthode la plus basique qui soit : ils font appel à l'émotionnel, à nos bas instincts.

Bon, tout le monde connait la méthode classique : le sexe. Le sexe fait vendre dit-on, c'est pourquoi les publicitaires ont tendance à nous coller des personnes (le plus souvent des femmes) plus ou moins dénudées pour nous vendre leurs produits.
Ça ne saute pas aux yeux, mais c'est bien une voiture que l'on cherche à vous vendre. Rouge la voiture.
C'est une méthode qui ne date pas d'hier...

–Mais... enfin!  C'est stupide!? Les publicitaires s'imaginent qu'en collant l'image d'une greluche à moitié à poil ça pousse les gens à acheter? Que ça puisse exciter nos bas instincts, admettons, mais quel rapport avec l'acte d'achat? C'est complètement con!

Vous n'écoutez pas ce que je dis : le premier paragraphe de cet article évoque justement de la connerie. Le but des publicitaires est de nous rendre con (temporairement ou durablement) pour mieux nous vendre leurs merdes en plastoc merveilleux produits. L'idée sous-jacente est en réalité fort simple : en offrant un message à forte teneur sexuelle (femme dénudée, gestes sensuels, etc...) le contenu du média utilisé génère "un manque" chez le récepteur (lecteur/auditeur/spectateur), la publicité qui suit ayant pour objet de "combler" ce manque en proposant un produit de substitution (parfum, café, soda, voiture, laxatif, etc...).
Que... un substitut sexuel vous dites? Rhoooo... franchement je ne vois pas, c'est juste un soda.
–Sans déconner?

On va dire que ça, c'est l'idée de base. Après, certains émettent des doutes sur l'efficacité de la méthode. Mais le sujet est si vaste, que nous en reparlerons à l'occasion, il y a matière à un article entier.

L'autre méthode est moins connue, mais tout aussi, si ça n'est plus efficace : la peur.

–La peur?

Oui, la peur. La trouille, les miquettes, la frousse, les chocottes.

–Sans rire? La peur fait vendre?

Et bien, déjà la peur capte l'attention. C'est un premier point. Et ensuite, oui, dans un certain nombre de cas, la peur et le stress font vendre.

Notons au passage que la peur peut être domestiquée :

  • par l'entraînement : un funambule ou un alpiniste apprend à ne pas craindre le vide par exemple
  • par la connaissance, car on craint moins ce que l'on connait : si vous savez reconnaître les serpents, vous ne craindrez pas de vous faire mordre par une brave couleuvre par exemple, ou si vous parlez une langue étrangère, une personne s'exprimant dans cette langue vous semblera moins suspecte
C'est en cela que la logique et le raisonnement intelligent s'opposent aux mécanismes ataviques de la peur.

–Ok, ok, mais en quoi la peur peut faire vendre, je ne pige pas...

Ah, et bien c'est subtile. La peur, je vous en ai déjà causé dans cet article. C'est un mécanisme biologique naturel, hérité de notre évolution, et qui a parfaitement sa raison d'être : c'est un facteur de survie dans un environnement qui peut être hostile :

  • la peur permet à l'organisme de faire face à un danger imminent par la production d'adrénaline, l'accélération du rythme cardiaque et de la respiration. Le corps est alors plus réactif, prêt au combat ou à la fuite : c'est une sorte d'Etat d'Urgence de l'organisme
  • elle incite à la prudence dans des situations périlleuses : peur du vide, de la noyade, du feu... si vous avez peur, vous prenez moins de risques. Notez qu'il existe d'ailleurs des maladies abolissant le sentiment de peur : c'est très dangereux, car les individus qui en sont atteints peuvent alors se mettre en danger sans en avoir conscience.
  • elle rend naturellement méfiant face à une situation ou un individu (humain ou animal) inconnu (ce dernier pouvant représenter une menace) : par exemple, tous les mammifères craignent naturellement les serpents
    Faut pas voir le mal partout : un étranger n'est pas forcément issu d'une culture guerrière et d'une religion prosélyte et expansionniste. 

–Je ne vois toujours pas le rapport avec la publicité...

J'y viens. Comme je l'ai déjà dit, la publicité nécessite, pour être efficace, de mobiliser l'attention de la cible. Or le sentiment de peur, le stress, ont justement pour effet de mobiliser l'attention. Normal : ce sentiment se manifeste pour faire face à une menace (réelle ou supposée). En provoquant la peur ou en l'exacerbant, les médias captent notre attention... qui sera du coup plus disponible pour le message publicitaire de Jean-Kévin qui viendra s'intercaler. Cerise sur le gâteau, en situation de stress, le cerveau a tendance à encourager le "stockage" : formation de graisse dans l'organisme en prévision d'une éventuelle situation de crise, besoin compulsif de nourriture, et par extension nous avons tendance à accumuler tout ce que nous pouvons (biens, et nourriture) pour "faire face" si besoin.

En toute logique les médias jouent là-dessus : en insistant sur les informations anxiogènes, quitte à formuler les choses de façon tendancieuse, ils augmentent leur audience, et peuvent donc facturer plus cher les espaces publicitaires puisque ces derniers auront plus d'impact.

Le mécanisme est plutôt bien décrit dans cette vidéo du vidéaste Horizon-Gull (dont je vous ai déjà parlé sur Facebouc® pour ceux qui m'y suivent... l'occasion de vous rappeler que si ça n'est pas encore votre cas, vous loupez parfois des trucs, car je raconte pas mal de conneries en live) :
Ça dure environ 45 minutes comme un épisode de NCIS, mais c'est plus édifiant...

L'effet pervers non négligeable de cette méthode, c'est ce que Gull appelle dans la vidéo le syndrome du "Grand Méchant Monde" (d'après la théorie du sociologue George Gerbner). Pour ma part, je préfère parler du principe de la Chocotte-minute : à force de voir/lire/entendre des informations inquiétantes et anxiogènes, notre cerveau monte en pression et filtre la réalité selon un spectre de peur et de stress sans prendre le temps d'analyser tranquillou la situation réelle.
Oui, en plus on a tendance à projeter ses propres névroses hein...

Pour schématiser : même si dans l'ensemble tout va plutôt bien dans le pays, si les médias se focalisent sur un seul et unique fait divers (meurtre, attentat, pluie en Bretagne, mère Michel qui a perdu son chat, etc...) en multipliant les reportages/interview/éditions spéciales qui plus est abordés sous un angle anxiogène (pour capter notre attention), notre cerveau assimilera alors le grand nombre de sources (bien que ça ne concerne qu'une seule et même info) à un niveau de menace accrue. Votre cerveau limbique est sous pression : vous cédez à la peur et commencez à voir le mal partout. Bim : c'est la chocotte-minute.

Et de ce point de vue, les chaînes d'information continue constituent une sorte de summum. Logique car la raison d'être même de ces chaînes est de délivrer en continu un flot d'information. Or, la plupart du temps, l'actualité ne s'y prête guère. Du coup, le risque serait que les téléspectateurs décrochent, et que de ce fait les revenus publicitaires s'effondrent. Seule solution : maintenir le spectateur en haleine coûte que coûte, en offrant un spectacle attrayant en continu : le monde doit paraître dangereux, hostile. Et pour cela, tous les moyens sont bon :
  • utiliser un générique anxiogène (musique inquiétante, images de catastrophes, de guerres...)
  • ne pas approfondir les sujets (être trop détaillé, c'est être soporifique)
  • diffuser la moindre rumeur ou bribe d'information, même non vérifiée, surtout si elle est croustillante
  • demander l'avis du moindre people/politicien qui passait dans le studio pour sa promo ("Alors Dave, votre avis sur l'affaire des bébés congelés?")
  • faire venir des zexperts en zexpertise ("Alors Patrick Balkany, responsable de notre service Economie & Magouilles, votre avis sur l'affaire Tapie?")
  • monter en épingle le moindre fait divers, même la météo si besoin ("Bon sang, il y a du Mistral à Marseille!")
  • créer de la polémique là où il n'y en a pas ("Ça serait pas un burkini là? Mais siiiii, regardez bien!")
  • même une information positive doit être abordée sous un angle polémique, anxiogène : les bonnes nouvelles, tout le monde s'en tamponne le pingouin avec un bilboquet visiblement
Le tout, bien sûr, en intercalant quelques pages de pub au contraire bien rassurantes (produits du terroir dans une pub ambiance zen, produits d'assurance, etc...).

Un fait divers quelconque? Un potentiel suspect vaguement étranger plus ou moins arrêté pour interrogatoire? Allez coco, on fait cinquante éditions spéciales là-dessus, avec envoyés spéciaux devant le 36 quai des Orfèvres, experts sur le plateau, micro-trottoir et tout le bazar! Et on balance une pub rassurante sur un bon produit du terroir, le saucisson Cochonnerie®. On laisse infuser dans le cerveau, puis hop : un petit sondage montre que la méfiance envers les étrangers d'une autre culture/religion augmente.  Et on enchaîne sur une interview de Maraine Lapine sur l'insécurité galopante. Juste après, on balance la pub sur la nouvelle Citregeot Pipeau (made in france) bien sécurisante avec son air bag pour smartphone dans le vide-poches.

Prenons un cas d'école : l'enlèvement du chat de la mère Michel, traité par M&M's TV. Tout commence avec un générique anxiogène, composé d'une musique flippante et d'images inquiétantes...
video

Puis, arrivent les deux animateurs du plateau journalistes : Kevin Ted D’Œneux et Julie Greluche, l'air grave.
"–Bonjour et bienvenue dans cette édition spéciale. L'information vient de tomber : le chat de la mère Michel a été pris en otage il y a maintenant 1h par un forcené. La police n'a communiqué aucune information, toutefois, des sources absolument pas proches de l'enquête évoqueraient une intervention imminente du RAID au domicile d'un bougn... d'un ara... d'un français d'origine magrébine, un certain Ali Stucru. Julie?
–Oui Kévin, le présumé coupable serait apparemment déjà connu des services de police et serait, toujours selon les mêmes sources peu fiables, fiché S depuis un récent déplacement à la scierie voisine en Syrie.
–Évidemment, nous ne savons encore rien à ce stade, mais nous allons toutefois vous communiquer en boucle les mêmes rumeurs fallacieuses durant les prochaines heures. Et sans attendre, nous rejoignons notre envoyé spécial, Alain Provist, qui se trouve sur les lieux. Alain? Vous êtes bien sur place?"
"–Oui tout à fait Kévin. Pour l'instant, la police n'a rien confirmé, le préfet m'a même envoyé chier, toutefois des rumeurs infondées venant de sources plus que douteuses font état d'un forcené retranché dans un appartement du quartier. Je suis en compagnie de Jawad, qui serait apparemment le propriétaire de l'appartement. Alors Jawad, d'après des rumeurs suspectes qui courent sur Touïteur, on parle d'une affaire de terrorisme, Ali Stucru se serait semble-t-il radicalisé en allant dans une scierie. D'autres allégations sans fondement et non confirmées font état de plusieurs hommes –on évoquerait entre autre Oussama Bin Laden, Obiwan Kenobi, et l'extraterrestre de Roswell– armés de fusils d'assauts, d'explosifs et de disques de Justin Bieber, que pouvez-vous nous dire?
–Parole j'avais pas idée que c'était un dangereux terroriste moi. Quand je l'ai vu avec le chat, je lui ai dit de faire gaffe qu'il pisse pas partout... et il m'a dit de m'occuper de mes nouilles, du coup j'ai pensé qu'il voulait ouvrir un resto chinois quoi!"
 "–Un témoignage édifiant. Le RAID s'apprêterait à donner l'assaut selon une voisine, Mme Michu. Apparemment le préfet attend les instructions de la Place Beauvau, sans doute après les pauses publicitaires."
"–Merci Alain, et surtout n'hésitez pas à nous interrompre si vous avez de nouvelles rumeurs infondées à nous communiquer.
–Et pour nous aider à y voir plus clair dans cette nébuleuse histoire, voici un micro-trottoir réalisé auprès d'une vieille à cheveux bleus qui devrait nous permettre de savoir quoi penser."
"–Tout ça, c'est à cause de la recrudescence! Ça a drôlement augmenté la recrudescence! Et pis ces jeunes là... c'qui leur faudrait c'est une bonne guerre! Ça leur apprendrait à vivre! Entre nous, on n'était pas si mal que ça en 40 hein... Allez, merci, et au revoir d'être venus"
"–Comme le montre ce témoignage auquel nous donnerons valeur de sondage statistiquement valide, les français s'inquiètent de l'insécurité et réclament des mesures fortes au gouvernement.
–Sans transition, nous passons au reste de l'actualité en bref. Naturellement, dès que n'aurons pas plus d'informations, vous en serez les premiers informés.
–Toutafé Julie. L'actualité en bref donc, avec...
l'inauguration de la toute nouvelle Trump Tower, destinée à servir de nouveau QG au président des USA en remplacement de la Maison Blanche. Le président Trump aurait touïté je cite : "Pas question que je me récupère une piaule occupée par un nègre démocrate."
–Médecine : grave incident lors du test clinique d'un vaccin contre la connerie. Plusieurs chroniqueurs de TPMP sont à déplorer.
–Santé : l'espérance de vie des français augmente de nouveau cette année. Doit-on s'en inquiéter? Qui paiera pour les retraites? Faut-il abattre les vieux? Dans un quart d'heure l'analyse de l'économiste en chef de la rédaction : Jérôme Kerviel.

–Société : le moral des ménages français est en hausse. L'impact sur les ventes d'antidépresseurs pourrait être désastreux : suppressions d'emplois à craindre dans plusieurs laboratoires pharmaceutiques. Nous interrogerons notre invitée Mimi Mathy dans 10 minutes sur ce problème épineux.
–Et nous allons revenir dans un instant sur l'information prioritaire du jour : la prise en otage par un dangereux groupe de terroristes de la mouvance Al'Ustucru du chat de la mère Michel. Après la publicité nous pourrons assister en direct à l'assaut surprise du RAID. Mais avant cela, voici la météo présentée par Sophie Potiche.

–Alors Sophie, quel temps faut-il craindre? Trop chaud? Trop froid? Trop sec? Trop pluvieux?
–Euh... et bien Kévin... euh... C'EST LA CATASTROPHE! IL VA TOMBER DES CORDES EN BRETAGNE! ON VA TOUS CREVEEEEEER!
–Merci Sophie, et on y reviendra avec notre invité politique : Raël. Tout de suite, une page de pub."






Vous vous dites que j'exagère? Pourtant dans une certaine mesure, ce phénomène n'a sans doute pas été sans incidence sur l'élection de Donald aux USA, qui a pas mal surfé sur les différentes peurs (peur des immigrants, du terrorisme, du chômage, etc...) suscitées par les médias, qui pourtant battaient majoritairement pavillon pour son adversaire... Les médias ne font pas l'opinion, mais ils peuvent influencer les comportements...

–Mais pourquoi on continue si on le sait?

Le fric. Les publicitaires veulent que leurs pubs soient vues et pénètrent des esprits malléables. Or, un public effrayé ou stressé est plus manipulable. Notons que cet état d'esprit convient aussi plutôt bien aux politiciens : il est plus facile encore une fois de susciter l'adhésion à un programme surfant sur la trouille (mesures sécuritaires, haine de l'étranger, mesures contre la fraude sociale, etc...) qu'à un programme faisant appel à l'intelligence des gens et à une vision de long terme.

Posez-vous la question, et répondez-y honnêtement : sur l'année écoulée, vous avez déjà ressenti une forme de crainte en écoutant les infos, en particulier sur des sujets ne vous touchant pas directement? Dans ce cas bravo, vous avez certainement été victime de l'effet chocotte-minute. Et maintenant, demandez-vous si cela n'a pas influencé votre jugement (habitudes de consommation, orientation politique, etc...).

–Et c'est quoi la solution? Plus d'infos?

Non bien sûr : se voiler la face est aussi peu constructif que de se monter le bourrichon pour rien. Disons que déjà, il vaut mieux sélectionner ses sources, et éviter les chaines d'info continue, particulièrement racoleuses.

–La presse écrite, internet, c'est mieux?

Bof. Si la presse écrite traite en général les sujet avec plus de profondeur, elle n'échappe pas à une certaine forme de surenchère. C'est visible dans les gros titres, les éditoriaux... Quant à internet, le bon côtoie le nawak le plus total. L'idéal est donc de :
  1. modérer sa consommation d'info (inutile d'écouter en boucle la même info toute la journée)
  2. croiser les sources en privilégiant les contenus sourcés et ettayés
  3. apprendre à repérer les formulations et traitements volontairement anxiogènes
  4. garder à l'esprit que le monde est loin d'être aussi hostile que les médias nous le laissent penser (la preuve, une petite nana toute seule avec sa moto peut se balader au Pakistan ou en Iran sans se faire trucider ni violer)
  5. UFC
–Que vient faire là l'Union Française des Consommateurs?

Non, pas l'Union Française des Consommateurs, je parle d'Utiliser de Ton Fucking Cerveau!!! Y a pas, ça reste la meilleure arme contre la connerie.
Ok, on n'est pas tous équipés...