dimanche 26 mars 2017

La journée de l'infâme

–Papa?
–Oui ma princesse guerrière?
–C'est quoi la "journée de la femme"? Les filles ont une journée à elles? pourquoi une seule? Ça sert à quoi?
–Hum, comment t'expliquer...

Donc, le 8 mars dernier (comme tous les 8 mars depuis 1977 du reste) avait lieu la Journée Internationale Des Droits des Femmes, calée bien tranquillou-billou entre la Journée Internationale du Tennis et la Journée Internationale du Tibet. Si si. Là, franchement, vous êtes en bonne compagnie les filles.
En même, à quelques jours près c'est aussi pile entre la Journée Mondiale de l'Audition et la Journée mondiale de la Plomberie.

Cette journée de commémoration, officialisée par l'ONU en 1977 a principalement pour but de promouvoir l'égalité des droits hommes-femmes (droits tels que l'égalité salariale, le droit de vote, le droit de se gratter aussi les testiboules en buvant une kro devant un match de foutballe, le droit des femmes à disposer de leur corps comme elles l'entendent, etc...). Donc, tout naturellement on voit ce genre de commémoration bien sentie fleurir à cette période :

La capture d'écran est authentique à part nom de la marque a été trafiqué. Et encore...
Oui, les femmes ont des droits :
  1. le droit de porter une culotte propre
  2. et si possible sexy parce que bon hein ho c'est pas tout ça, mais faudrait pas négliger le droit des hommes à reluquer votre gracieux popotin gainé de dentelle
Car oui, grâce à un glissement sémantique audacieux, propre à faire pâlir Sean Spicer de jalousie...
"–Hein? Ah non, je ne suis pas troublé par les demoiselles peu vêtues au dessus de moi là, mais juste par le nombre d'américains venus célébrer l'investiture de Donald Trump. Point barre."


... nous sommes passé de :
Quand on veut vendre de la merde, ça passe mieux si on dit que c'est du crottin de licorne avec des paillettes.

J'imagine qu'en poursuivant ce glissement sémantique dans les années qui viennent, la "journée de la femme" deviendra "journée de la meuf", puis "journée de la meuf bonne", puis plus prosaïquement "journée du nichon".

Mais en attendant ce merveilleux moment, c'est donc l'occasion bien naturelle pour les médias de rendre hommage à des figures majeures de la féminité telles que :
  • Les femmes célèbres (pionnières, scientifiques, etc...) épouses d'hommes célèbres : de grandes dames telles que Olga Picasso, Jackie Kennedy, Pénélope Fillon...
  • Les femmes reconnues pour leur intelligence brillante plastique avantageuse (et leurs amants célèbres) : Maryline Monroe, Zahia, Kim Kardashian...

Bon, certes, on pourrait aussi parler de femmes qui ont fait des trucs important par elles-mêmes, telles que Amelia Earhart, Beryl Markham, Marie Marvingt, Nakano Takeko, et tant d'autres, mais bon, une seule journée du nichon de la meuf dans l'année, c'est court pour ça, alors restons sur des basiques.

Bon d'accord, je suis un peu mauvaise langue : les médias évoquent souvent des scientifiques telles que Marie Curie ou... euh...
"–Irène Joliot-Curie? J'ai bon?"

Bin oui, c'est marrant ça, je suis sûr que si je vous demande de citer une femme scientifique, la première (et probablement la seule) qui vous viendra sera Marie Curie. Faut-il en déduire qu'elle fut la seule femme scientifique de l'histoire? Ou du moins la seule à avoir fait une découverte majeure? Que nenni! C'est juste que les innombrables autres, on n'en parle jamais. Ainsi peut-on évoquer :

  • Katherine Johnson : une physicienne, mathématicienne et ingénieure afro-américaine qui fut celle qui calcula la trajectoire d'Appollo 11 entre autres (notons tout de même qu'un récent film, "Les figures de l'ombre", lui rend hommage à elle et ses consœurs qui participèrent aux programmes de la Nasa).
  • Mary Anning : pionnière de la datation géologique dans le cadre de la paléontologie, et découvreuse de nombreux fossiles remarquables.
  • Ada Lovelace : pionnière de l'informatique, première programmeuse au monde.
  • Lise Meitner : première physicienne a fournir une explication théorique au phénomène de la fission nucléaire et pourtant superbement oubliée par le prix Nobel.
  • Henrietta Swan Leavitt : astronome dont les travaux permirent de mesurer la distance entre la terre et les étoiles et galaxies loitaines, et donc d'estimer les dimensions de l'univers.
  • Rosalind Franklin : auteure des clichés au rayon X ayant permis de démontrer la structure en double hélice de l'ADN... découverte que se sont probablement attribués Watson et Cricks qui en retireront un prix Nobel sans même citer la pauvre Rosalind.

Vous étiez incapable de citer ces femmes? Rassurez-vous, moi aussi. Les classes de science n'en parlent jamais, alors pourquoi s'emmerder à le faire juste pour la journée de la femme. Marie Curie ça suffira bien hein...

Bon. La journée de la femme ça n'est pas seulement l'évocation de grandes figures féminines, c'est aussi et surtout l'occasion de célébrer les droits des femmes. Par exemple le droit des employées d'une entreprise à recevoir une rose de la part de leur patron. Ou encore des cours de zumba gratuits... Si si, ça célèbre le droit des femmes : les femmes ça aime les fleurs et la zumba. Non ça n'est pas du tout un fucking stéréotype. Chut.

D'ailleurs, je propose dans le même esprit que le 10 décembre, pour la Journée Internationale des Droits de l'Homme, toutes les entreprises offrent une clé à molette (symbole masculin et viril s'il en est) ou un pack de Krö à leurs employés masculins ainsi que des cours gratuits de Football Américain. On pourrait aussi envisager des petits concours sympa du genre de celui qui fait pipi le plus loin. Si tout va bien, on devrait en arriver à :
Il y a une certaine logique...

Mettez-vous biens dans la tête que la femme est l'égale de l'homme.

Elle est juste un petit peu moins égale, c'est tout.

La journée des détentrices de double chromosome X (d'ailleurs découverts par une femme : Nettie Stevens) est aussi un bon moment pour évoquer les faiblesses naturelles des femmes. Comme par exemple leur incapacité à enfanter sans se faire découper la choupinette au scalpel afin de laisser passer la tête d'un gnome. Oui, l'épisio. Quoi? Qu'est-ce qu'il y a? Attendez, vous ne me ferez pas croire que sans cet acte médical essentiel, l'être humain serait capable de se reproduire! En tout cas, c'est ce que le taux d'épisio pratiquées par la plupart des maternité laisse entendre hein...

Et puis il y a cette fâcheuse manie qu'ont les femmes de se retrouver en cloque suite à une très brève partie de jambes en l'air pas mémorable avec un type croisé sur Tindeec® ou Meeter® et dont elles ont déjà oublié le nom. Les cochonnes. Heureusement que les hommes savent se tenir, eux. Mais heureusement pour elles, là encore la médecine est d'un grand secours, puisque la prise préventive d'hormones de synthèse, ce qui est totalement anodin et sans effet secondaire, permet d'éviter une telle mésaventure de façon préventive. Voilà qui est bien commode, tant ces histoires d'avortement mettent tout le monde mal à l'aise... on ne va pas laisser les nanas décider elles-mêmes de ce qui est bon pour elles, franchement? Hein?
Le droit des femmes à disposer de leur corps? Pfff...

C'est aussi la journée idéale pour diffuser des films et séries mettant des femmes en vedette (mais ne passant pas le test de Bechdel parce qu'il ne faut pas déconner non plus) tels que Grey's Anatomy ou Hanouna et son perroquet-teub. Heu... attendez...
Si si, ça passe le test de Bechdel. Super large même. Hem. Pouf pouf...

Bon, je vais arrêter là, sinon on va m'accuser de faire du "mansplaining" sur la question. Bref, je veux juste dire à ma fille qu'elle peut devenir pompier, secrétaire, astronaute, coiffeuse, docteur en physique quantique, infirmière ou ce qu'elle voudra sans devoir se conformer à un stéréotype qui aura été choisi pour elle par la "société" ou je ne sais quel service marketing à la noix...
"–Ok, mais n'espère pas trop un Nobel hein... pour ça, faut avoir une quéquette."

–Et présidente de la République? C'est possible pour une femme ça présidente de la République?
–Et bien... statistiquement ça pourrait sembler difficile vu qu'il n'y a que deux femmes parmi les onze candidats, mais en fait, oui. Objectivement vu comment c'est barré, l'une d'elle a même toutes ses chances...
–Ah bin c'est chouette ça! Ça sera encore la journée de la femme alors.
–Bof, moi je dirais plutôt la journée de l'infâme dans le cas présent...
Ça fait partie du droit de femmes : le droit à nous foutre AUSSI les pétoches...

6 commentaires:

  1. Merde, quand j'ai acheté le soutien pour ma maîtresse, je n'ai pas reçu la petite culotte qui devait aller avec ! Bon, pas grave, elle n'en porte jamais... Mais quand même...
    Ok, je sors...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande si Macron profite de la promo : un soutien acheté, un soutien offert du coup :p

      Supprimer
  2. Ce que je peux dire ... c'est qu'a l’école entre gamins .. ils doivent bien se monter le bourrichon ..; car mon fils est persuadé que les hommes sont plus intelligent que les femmes ! C'est quand même très surprenant car nous partageons tout avec ma femme ... et ce genre de discours na pas sa voix chez nous :(

    Bref ... encore un article bien ficelé ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas, de nombreux éléments dans notre environnement social véhiculent ce genre de stéréotypes -_-

      Supprimer
  3. Ma fille m'a dit l'autre jour qu'un copain de l'école lui a dit qu'elle n'avait pas le droit de courir parce qu'elle est une fille et que c'est pour ça qu'il la poussait. J'ai cru que j'allais étriper ou émasculer ce gamin (c'est notre voisin ;-)) mais finalement j'ai dit à ma fille qu'elle pouvait gentiment dire à son pote qu'elle avait le droit de faire ce qu'elle voulait et que lui par contre n'avait pas le droit de l'en empêcher point barre. A priori ça a fonctionné (fière fière) on verra à la rentrée... (ma fille à 4 ans pour info)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne réponse ^^
      Je pense que ma princesse guerrière n'aurait pas fait mieux :D

      Supprimer