vendredi 30 octobre 2015

La vérité est... riche.

Car la vérité est tailleur, et mon tailleur est riche.
...
Non? Bon tant pis.
Même Mulder est atterré par ce jeu de mots moisi...

Bon, j'ai déjà abordé ici la question de la vie extraterrestre, mais j'avoue avoir un peu survolé le sujet. Et puis, j'avais surtout envisagé la question sous l'angle assez basique de "la vie tout court". Sans (oser) aller jusqu'à l'évocation de civilisations extraterrestre avancées.

Sauf que si la question d'une vie au delà de notre bonne vieille terre nous titille, il convient d'admettre que la question encore plus croustillante de l'existence ou non d'une vie intelligente nous fait carrément fantasmer. Ne serait-ce déjà que sur notre bonne vieille terre...
Une forme d'intelligence qui fait des étincelles!

–Ouaih, c'est sûr que ça fait fantasmer, mais bon, à ce jour on n'a trouvé aucune trace d'une vie intelligente ailleurs que sur Terre hein...

Peut-être... ou peut-être pas.

–Ah ouaih ok, je vois... "Roswell" c'est ça?

Non. Roswell c'est pas une trace de vie intelligente, c'est une légende urbaine. Vraie ou pas, je n'en sais rien et pour tout dire ça m'est égal. Je parle de vraies traces. Scientifiques. Avérées. Mais dont l'explication n'est pas certaine. En gros des suspicions, mais aucune certitude qui aurait justifié une conférence de presse de la NASA pour dire : "Nous ne sommes pas seuls!". En tout cas pas encore. Car ces cas peuvent éventuellement relever d'une explication naturelle, et qu'il convient de vérifier toutes les hypothèses avant de faire le kéké à la télé. Et ce genre de suspicion, il y a en quelques unes qui traînent chez nos amis scientifiques... suivez-moi, c'est par ici.

1. Le signal "WOW!"

Le 15 août 1977 (vous voyez que ça ne date pas d'hier, j'étais à peine né), l'astrophysicien Jerry Ehman travaillait sur le radiotéléscope de l'université d'état de l'Ohio dans le cadre du programme SETI (la recherche de signaux extraterrestres justement), lorsque l'appareil enregistra un puissant signal radio de 72 secondes sur une bande étroite centrée sur la raie à 21 cm... Hum.
"–Oui? Tu disais? Bande? Étroite? Raie? 21 cm?"

Je... je... Oui, je me rends compte que je risque de m'attirer des visites ici sur la base de toutes sortes de recherches Gogole® assez salaces. Mais que voulez vous, c'est ce qui rend la science si sexy.

–J'ai rien bité...

Ok... pour schématiser : l'ami Jerry avait collé une grosse antenne sur sa radio pour écouter les derniers tubes à la mode venus de l'espace. Entre deux conneries de Doc et Difool, il a capté une station qui diffusait un truc qui ressemblait vaguement à quelque chose, alors du coup il a imprimé les données et écrit "Wow!" au stylo pour dire que ce truc, il le kiffait sa race!

Notons au passage que si un jour d'éventuels extraterrestres captent nos transmissions et tombent sur du Superbus, il n'y a aucune chance qu'ils écrivent "Wow!" (ou "Glüpnitz!" en Trantorien) car ça passera aisément pour des parasites ou du bruit de fond. Ce qui n'est pas plus mal : sinon ça pourrait être un Casus Belli interplanétaire.

–Et ça ne pouvait pas être un truc naturel?

C'est possible, mais peu probable : on ne connait aucun phénomène naturel produisant ce type de signaux radio. Ça serait comme confondre le cri d'un castor dont les testiboules viennent de se prendre dans un piège à ours avec du Justin Bieber remixé par David Guetta. Euh... attendez... non, mauvais exemple.

–C'était un signal alien alors?

Bin c'est ça le problème : on n'en sait rien. Le signal n'a jamais été retrouvé, même en repointant les antennes dans la même direction. Ce qu'on sait juste c'est que :

  • le signal venait bien de l'espace. Mais proche ou lointain, ça on ne sait pas...
  • le signal est probablement artificiel
  • la bande de fréquence utilisée est la plus... logique pour une transmission spatiale à longue portée, et est théoriquement une fréquence "non utilisée", par convention internationale
En résumé, on est raisonnablement sûrs que ce signal a été émis par une intelligence, et qu'il vient de l'espace. Le seul doute majeur est de savoir s'il vient de l'espace lointain, ou si c'est une transmission militaire satellite par exemple (ou un signal émis depuis la terre et reflété par un objet en orbite).

Si le SETI capte un jour un autre signal "Wow!", on en saura peut-être plus...

–Mais... ça serait un signal à notre intention?

Peut être... peut être pas. Prenons notre propre exemple :  nous aussi, nous émettons des signaux vers l'espace. Déjà : il y a eu quelques messages émises dans le cadre du programme SETI, dont au moins une réponse au signal "Wow!".

Mais au delà de ça, nos systèmes de télécommunication (télévision, radio) émettent des signaux dont certains se perdent dans l'espace, et qui seront peut être capté un jour par d'autre civilisations. Ainsi par exemple, les signaux émis en 1989 peuvent à présent être capté à 26 années-lumière (puisque ça fait 26 ans), c'est à dire aux alentours de Véga.
Pendant ce temps, sur Véga...
A titre d'exemple, l'une des premières transmissions assez puissante pour quitter l'atmosphère terrestre et partir vers les étoiles, était la retransmission de la cérémonie d'ouverture des JO de Berlin en 1936 et le discours d'Adolf Hitler. Ce détail était d'ailleurs évoqué dans le livre "Contact" de Carl Sagan, dont je vous recommande la lecture (oubliez le film éponyme et tiré du roman avec Jodie Foster : il n'est pas franchement mauvais, mais se contente de survoler l'histoire). Voilà voilà.

–Ah ouaih quand même... mais... s'il existe plein de civilisations extraterrestres, ne devrait-on pas recevoir plein de signaux?

C'est là que le bâts blesse. Car ce mode de recherche souffre de sérieux biais :
  1. Rien ne garantit que d'autres civilisations utilisent ce mode de communication dans un environnement proche du nôtre
  2. Rien ne dit que ce mode de communication soit utilisé de façon durable : on peut imaginer que la technologie évoluant, ces civilisations utilisent des moyens de communication moins... dispersifs : du coup la fenêtre de détection peut-être courte
  3. Peut-être ne saurions-nous pas interpréter d'éventuels signaux comme étant d'origine intelligente
  4. Peut-être les civilisations avancées se font-elles discrètes, pour ne pas attirer d'éventuels ennemis
  5. L'univers est immense : le programme SETI n'a écouté qu'une fraction infime du ciel, et encore : sur des durées très courtes. C'est un peu comme cherché une aiguille dans un océan de bottes de foin.
Bref, rien ne dit que le programme SETI ait des chances de trouver ce qu'il cherche, sauf sur un malentendu.

–Bon mais alors du coup... il y a d'autres pistes?

Oui! La détection de signaux n'est pas le seul moyen de prouver l'existence de civilisations : l'observation de grandes structures artificielles en serait un autre. Et là, l'actualité nous gâte...

2. L'étoile KIC 8462852, un nom qui envoie du rêve

En effet, vous avez sans doute vu passer dans la presse récemment, que des équipes d'astronomes avaient découvert une surprenante anomalie en observant l'étoile KIC 8462852, située à environ 1500 années-lumière. Cette étoile se fait ponctuellement occulter par un ou plusieurs "objets" passant devant, de façon irrégulière et sur des durées variables.
"Objets"? "Occulter"? On m'appelle?

L'assombrissement peut atteindre plus de 20%. Il faut savoir que la plus grosse planète de notre système solaire, le popotin de Kim Kardashian Jupiter, ne causerait qu'un assombrissement de 1% dans les mêmes conditions. Et encore, ça serait régulier. Du coup, les astronomes s'interrogent, car la plupart des hypothèses naturelles connues ne tiennent pas dans le cas présent, et l'hypothèse d'une sphère de Dyson a donc été timidement évoquée...

–Dyson? Les aspirateurs?

Ouhla! Non... Au temps pour moi, j'ai oublié de vous parler de Freeman Dyson.
Cette photo de Morgan Freeman n'a aucun rapport avec la choucroute.
Freeman Dyson est un physicien et mathématicien du genre iconoclaste, qui en 1960 a imaginé une mégastructure artificielle de forme sphérique construite autour d'une étoile par une civilisation avancée dans le but d'en récupérer le plus d'énergie possible. Pour simplifier, au lieu de coller deux-trois panneaux solaires sur la toiture de votre maison pour bénéficier du crédit d'impôts sur les énergies vertes, on fabrique un méga-œuf kinder en panneaux solaires directement autour du soleil pour collecter toute l'énergie produite par celui-ci.

–Ah bin ça c'est pas banal!

Non hein? Bon évidemment, c'est très au delà de ce que nous sommes capables de faire, mais on pourrait imaginer que des civilisations avancées le puissent.

–Mais... du coup, si on met le soleil dans une coquille, ça ne devrait pas le cacher complètement?

Moui... enfin le terme de "sphère" est trompeur : il est virtuellement impossible de fabriquer une sphère compacte de la taille d'un système solaire sans qu'elle éclate sous l'effet de la force centrifuge ou ne s'effondre sous l'effet de la gravité ou des forces de marée : aucun matériaux connu (et sans doute inconnu) ne serait assez résistant. La "sphère" de Dyson serait plutôt probablement constituée d'un immense essaim de panneaux solaires de grande taille (quelques kilomètres ou dizaines de kilomètres de diamètre) en orbite autour de l'étoile. Du coup, au gré de leurs orbites, nécessairement décalées pour qu'ils ne se percutent pas, ces panneaux pourraient occulter plus ou moins la lumière d'une étoile pour un observateur extérieur. Et ça pourrait expliquer l'observation faite concernant KIC 8462852...
Ah ouaih, quand même!
 Bon, ça reste une hypothèse hein... il y a encore des théories naturelles qui pourraient expliquer le phénomène, comme par exemple un essaim de comète déstabilisé par une étoile voisine et qui passerait devant KIC 8462852. Ceci étant, pour atteindre les 20% d'occultation, il faudrait un sacré essaim de comètes.

–Et il y a moyen d'être fixé?

Et bien, d'autres observatoires vont braquer leurs télescopes sur cette étoile, et les antennes du programme SETI vont l'écouter pour tenter de capter des signaux artificiels d'ici la fin de l'année.

–On saura bientôt à quoi s'en tenir alors?

Ou pas. Comme dit précédemment, rien ne garantit qu'une civilisation avancée utilise les ondes radio pour communiquer. Et puis... si structure artificielle il y a bien, rien ne dit que la civilisation qui l'a fabriquée existe encore. La structure orbite peut être dans l'espace à l'abandon depuis des millénaires... vestige d'une civilisation disparue comme les pyramides d'Egypte. Pour être fixé, il faudra peut être attendre les analyses visuelles de télescopes très puissants, qui n'existent peut-être même pas encore. Bref : réponse dans... les années qui viennent disons.

De toute façon, même si c'était avéré, ça n'apporterait que la satisfaction de le savoir, car à 1500 années-lumière, les communications avec ces êtres seraient... problématiques. En effet, sachant que les ondes radio se déplacent à la vitesse de la lumière, il leur faudrait 1500 ans pour parcourir la distance qui nous sépare.

–Hein?

Simplifions : disons qu'une civilisation extraterrestre se trouve à 1000 années-lumière de distance. Supposons qu'ils aient réussi à capter la retransmission du discours de Jules César sur Youtubus® (le Youtube® de l'époque gallo-romaine) après la guerre des Gaules.
Environ 500.000 vues sur Youtubus®. Il aurait fait mieux en suivant les conseils relooking d'Enjoy Phénix...
Déjà, ce discours, il va mettre 1000 ans à leur parvenir. Disons qu'ils décident de répondre : comptez 1000 ans de plus le temps que leur réponse arrive, soit un total de 2000 ans.
Et ouaih, ça calme...
Autant dire que ça risque de poser un sérieux problème de communication...
C'est vrai quoi...

–Et il n'y aurait pas moyen de trouver plus proche? De se rendre visite?

L'ennui c'est la théorie de la Relativité nous interdit théoriquement de dépasser la vitesse de la lumière. Les voyages seraient... longs. Mais pas forcément inenvisageables car il existe peut-être des moyens de contourner la règle comme l'Alcubierre Drive utilisant la distorsion de l'espace temps pour contourner la règle sans la violer. Mais ça reste à démontrer en pratique.

Mais même sans ça, on pourrait envisager de grands vaisseaux-mondes (taille gros astéroïde) propulsés jusqu'à une vitesse proche de celle de la lumière grâce à un Collecteur Bussard, transportant toute une population d'une étoile à une autre pour explorer/installer des colonies. Ce thème du vaisseau générationnel est d'ailleurs abordé dans l'excellent roman "Rendez-vous avec Rama" d'Arthur C. Clarke, que je vous recommande chaudement.

Du coup, outre l'éventualité de détecter un jour un tel vaisseau dans les parages, on pourrait imaginer trouver les traces d'un passage plus ancien d'une telle expédition dans notre propre système solaire... on peut même penser que des systèmes automatiques auraient alors été déposés ici et là pour surveiller notre planète : idée évoquée dans "2001 l'odyssée de l'espace" du même Arthur Clarke. Le fameux monolithe noir placé sur notre lune devant servir de "système d'alarme" pour avertir de notre capacité à voyager dans l'espace.

On peut même se demander s'il n'en reste pas des traces sur Cérès...

3. Serait-ce Cérès qu'on a oublié de l'éteindre?

Le nom de Cérès ne vous dit rien? Pas étonnant : jusqu'à une date récente il était classé comme simple astéroïde. Le bouleversement des classifications astronomiques qui a aboutit à la déchéance de Pluton il y a quelques années du rang de "planète" à celui de "planète naine" a également vu entrer Cérès dans cette dernière catégorie.

Située en plein cœur de la grande ceinture d'astéroïdes, entre Mars et Jupiter, Cérès est une grosse boule de roche d'environ 1000 km de diamètre. Depuis quelques mois, Cérès fait l'objet d'un survol par la sonde Dawn de la NASA, et le moins que l'on puisse dire est que ce gros caillou nous réserve pas mal de surprises. La première d'entre elles fut l'observation de "lumières" venant de sa surface.
"–Ah merde! J'ai oublié d'éteindre la lumière!"

Bien qu'il s'agisse apparemment de simples reflets du soleil sur une surface brillante, la nature de cette dernière (glace? plaque de sel? autre?) n'a pas encore été élucidée.

Ah... et puis il y a la pyramide.

–Pardon? Une pyramide? Sérieusement?

Non j'déconne, c'est juste une montagne. Enfin... "juste", façon de parler, parce qu'elle est quand même assez zarbie la montagne en question : un grand cône tronqué aux parois super lisses juste à coté d'un cratère sensiblement de la même dimension, c'est pas ordinaire...
Moi j'aurais pris "Mironton" plutôt...
En tout cas, sa nature exacte et les conditions de sa formation n'ont pas encore été déterminées non plus.

Et depuis : nouveau mystère! Les équipements embarqués de la sonde Dawn ont détecté trois sursauts d'électrons énergétiques dont les astronomes ignorent l'origine.

Je passerai sur la "tâche noire" repérée sur certaines photos, puisqu'il ne s'agit probablement que d'une ombre ou d'un défaut de l'image... Oh wait! Point noir? Gros bouton? Peau luisante? Bon sang mais c'est bien sûr! Cérès est une planète en pleine puberté!!!
"–KEVIIIIN! Arrête d'éclater ton acné sur le miroir de la salle de bain! P'tit con!"


Bien sûr, il est probable que tous ces phénomènes soient d'origine naturelle, mais cela montre que notre propre système solaire peut nous réserver des surprises, y compris sur des mondes a priori prévisibles comme Cérès. Ou Pluton...

Bon, et puis il y a aussi cette histoire de capsules métalliques venues de l'espace découvertes par une équipe scientifique. Je vous résume : des chercheurs ont envoyé des ballons sonde dans la haute atmosphère terrestre (27km d'altitude) pour y récupérer des particules venant de l'espace, et ont eu la surprise de trouver parmi celles-ci des billes de métal en titane et vanadium qui semblent contenir de la matière biologique. Si cette information était avérée (et là je reste prudent, car l'équipe à l'origine de la trouvaille semble un peu... douteuse disons), ça pourrait indiquer qu'une civilisation extraterrestre tente d'essaimer la vie dans les systèmes solaires voisins (rappelez-vous, la panspermie dont je vous ai déjà parlé). Bref, si ça se trouve, nous sommes tous Charlie des extraterrestres...
... et moi aussi je peux avoir un gros panaris sur le doigt.

Et il y a aussi 1991VG... ce curieux objet qui pourrait bien être une sonde spatiale extraterrestre, et qui repassera au voisinage de la Terre en 2017 (l'occasion d'y jeter un œil en détail et de déterminer peut-être sa vraie nature....)

Comme vous le voyez, l'actualité est riche en matière d'observations spatiales. Mais hélas, comme souvent, la presse n'a pas dépassé l'orbite de la lune...
Ça c'est du journalisme!


13 commentaires:

  1. Je veux un slip comme celui d'Adrien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ça envoi du rêve. Je comprends.

      Supprimer
  2. Bizarre... Quand j'ai posté mon commentaire idiot ... le site m'a répondu : "Il y a eu plusieurs tentatives simultanées de modification de cette ressource. Peut-être avez-vous double-cliqué par erreur sur un lien ou sur un bouton, ou quelqu'un d'autre est également en train de modifier ce blog ou cet article."
    Heuuu ? Une manip faite par des extraterrestres ???

    RépondreSupprimer
  3. Ce fut long, mais ce fut bon ! Merci pour tout ça :)
    Et faut pas oublier que les premiers messages radio venant de l'espace qu'on a captés venaient d'extra... ah non, juste de pulsars :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et sans oublier l'exraterrestre en plastique de Rosw... ouaih non ok. Mettons que je n'ai rien dit.

      Supprimer
  4. moua j'ai bien aimé, y'a une photo de Morgan Freeman !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était ça ou la photo d'un aspirateur. Je trouvais Morgan plus classe ;)

      Supprimer
  5. et le paradoxe de Fermi, tu n'en parles pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est rapidement évoqué avec l'équation de Drake dans le précédent article sur le sujet ;)

      Supprimer
  6. Bon bah du coup on en parle dans 986 ans alors ? c'est ca ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le temps que la reponse de l'univers nous revienne :'(

      Supprimer
    2. Ah ok. Du coup oui :
      1/ en supposant que d'éventuels interlocuteurs se trouvent à environ 500 années-lumières (500 ans aller, 500 ans retour)
      2/ en supposant qu'une réponse arrive ;)

      Supprimer