samedi 4 octobre 2014

Tu veux ma photo?

Aujourd'hui, on va causer de photos, de vie privée, et de partage en ligne.

Certains d'entre vous me diront surement : "Ouah l'autre eh! Comment il surfe sur la vague du Celebgate pour attirer des lecteurs!"

Ce à quoi, d'autres leur répondrons : "Le quoi?"

Le Celebgate. Contraction de "Celebrity" (pour les non-anglophones : Célébrité, Vedette) et de "Gate" (littéralement une porte ou une ouverture, mais dans le cas présent ce mot vient de "Watergate" en référence au scandale éponyme) désigne la publication sur internet début septembre de centaines de photos dénudées  (volées)  de plusieurs vedettes (ou considérées ainsi) américaines telles que Jennifer Lawrence ou Kaley Cuoco.
Car oui, dans un élan d'imagination débridée, la presse américaine aime à baptiser les différents scandales qui fleurissent dans ses colonnes en utilisant un mot-valise et en y ajoutant le suffixe "gate" en référence au scandale dit du "Watergate". A l'origine, ça désignait surtout les affaires dans lesquelles le gouvernement américain était mouillé (exemples : Irangate, Monicagate, Cablegate...), mais l'usage s'est depuis passablement élargit (exemples : Nipplegate, Antennagate, Climategate, DSKgate, Golden Gate). Notons d'ailleurs que depuis quelques années, cette détestable habitude commence à atteindre même nos contrées civilisées (exemple : Sarkogate, Gayetgate, Bragette, Colgate...).
Qu'on se rassure, dans un prodigieux effort de bon goût et d'originalité, des internautes ont également surnommé ce fait divers "Fappening", élégante contraction de "to fap" (pour les non anglophones : se "polir le chinois") et de "happening" (traduction : évènement, fête), c'est à dire pour synthétiser : la fête à la branlette. Oui je sais, c'est d'une folle délicatesse et d'un goût exquis, qui ne sont pas sans rappeler la prose poétique douce-amer et subtile d'un sketch de Jean-Marie Bigard période "Lâché de salopes". En même temps, vu la nature de l'évènement lui-même, fallait pas compter sur du Baudelaire non plus.
Et ne rêvez pas :  en matière de polémique concernant la publication d'éléments de la vie privé, la France n'a pas été épargnée puisque nos concitoyens, qui n'en demandaient pas tant, se sont vus infliger un ouvrage discutable sur leur président de la république, rédigé par son ancien plan cul ancienne maîtresse ancienne compagne.

Pour les rares chanceux et chanceuses d'entre vous qui n'auraient pas suivi cette actualité sordide, voici un petit résumé en images, comme ça vous ne pourrez pas dire que vous saviez pas. Et pour ceux qui, par rigueur intellectuelle bien sur, voudraient se faire leur propre idée au sujet des terribles photos volées de Jennifer Lawrence et consoeurs, il suffit de cliquer ►ici◄. Pour le résumé, c'est ci-dessous :
Pour afficher le résumé, cliquez sur l'image.

Ce long chapitre liminaire pour vous dire que non, je ne parlerai pas du Celebg... euh... du Fappen... Enfin de ce truc avec les photos à poil des stars hollywoodiennes. Enfin si, un peu quand même du coup, mais c'était juste une remise en contexte. Car parfois l'actualité tombe fort à propos pour évoquer certaines problématiques telles que la vie privée.

Si vous avez un compte Facebouc®, vous avez forcément accepté les CGU qui disent ceci : "Pour le contenu protégé par les droits de propriété intellectuelle, comme les photos ou vidéos (propriété intellectuelle), vous nous donnez spécifiquement la permission suivante, conformément à vos paramètres de confidentialité et des applications : vous nous accordez une licence non-exclusive, transférable, sous-licenciable, sans redevance et mondiale pour l’utilisation des contenus de propriété intellectuelle que vous publiez sur Facebook ou en relation avec Facebook (licence de propriété intellectuelle). Cette licence de propriété intellectuelle se termine lorsque vous supprimez vos contenus de propriété intellectuelle ou votre compte, sauf si votre compte est partagé avec d’autres personnes qui ne l’ont pas supprimé."

De même sur Touïteur® : "En soumettant, publiant ou affichant des Contenus sur ou par le biais des Services, vous nous accordez une licence mondiale, non exclusive, gratuite, incluant le droit d'accorder une sous-licence, d'utiliser, de copier, de reproduire, de traiter, d'adapter, de modifier, de publier, de transmettre, d'afficher et de distribuer ces Contenus sur tout support par toute méthode de distribution connue ou amenée à exister."

Traduction en français : "On peut faire ce qu'on veut avec les textes et les photos que tu publies! Mouahahaha!"
P.S. : pourriez-vous signer ces CGU avec votre sang svp?

Du coup, le sachant, certain(e)s d'entre vous ont peut être décidé de partager le statut suivant : "En raison du fait que Facebouc® a choisi d’impliquer un logiciel qui permet l’usage de mes renseignements personnels, je déclare ce qui suit : en réponse aux nouvelles lignes directrices de Facebouc®  et en vertu des articles L.111, 112 et 113 du code de la propriété intellectuelle, je déclare que mes droits sont attachés à toutes mes données personnelles, dessins, peintures, photos, textes écrits, vidéos, musiques, etc. publiées sur mon profil. Pour une utilisation commerciale ou autre de ce qui précède, mon consentement écrit est nécessaire en tout temps. Et en plus je voudrais 100 balles. Et un mars. Et un hélicoptère avec un pilote et le plein effectué. Et vite, sinon j'exécute les otages. Euh... attendez, non...". Sachez-le d'emblée, cette bravade était au mieux futile, et au pire ridicule, car elle n'a aucune valeur juridique.
Ça, c'est Facebouc® en train de réagir à ce statut dans lequel vous affirmez votre droit à l'image.
En même temps, vous auriez pu vous en douter : l'utilisation de Facebouc® et Touïteur® est gratuite. Et comme le dit le dicton : si c'est gratuit, c'est toi le produit. Du coup, comme j'ai pas super envie de découvrir un jour ma tronche sur une pub en Moldavie pour une crême contre les hémorroïdes, ou celle de mes gnomes dans une campagne promotionnelle pour de la Ritaline® en Floride, j'évite de mettre des photos personnelles sur les réseaux sociaux.

Reste du coup le problème du partage des photos de famille avec les proches, qui le sont parfois géographiquement (ce qui permet de s'en tirer avec une bonne clé USB) mais pas toujours (ce qui complique alors les choses). Bon, il reste le mail, mais le nombre de photos qu'on aimerait envoyer rend souvent cela peu pratique. Et en plus ça n'est guère convivial il faut bien le dire, car c'est quand même grave cool de pouvoir "plusser" ou "liker" la photo du petit Théo en train de vomir son gâteau au chocolat sur tata Cunégonde, ou de la petite Emma en train de faire pipi sur le T-Shirt de tonton Raoul. Si si, ne me dites pas le contraire. Idéalement, il faudrait une interface conviviale permettant de partager ses photos de famille de façon sécurisée et sans la licence "on-t-a-bien-eu" de chez Facebouc®. Et du coup, j'étais plutôt content quand on m'a présenté Private Bébé.

Sans déconner! Le mec nous fait tout un laïus sur la société de consommation et les hippopotames rouges, et là, pif pouf, il retourne sa veste et nous balance un vieux billet promotionnel moisi pour un service en ligne? Payant bien sur! Ah bah bravo la profession de foi! On dirait du françois Hollande dans le texte tiens...

Certains n'ont pas bien dû lire la FAQ de ce blog : je suis chez moi, je fais ce que je veux, et je m'essuie les pieds ou je veux y compris sur mes propres principes si jamais ça me chantait. Ceci étant dit, même si c'est un peu à titre exceptionnel (car vous n'êtes pas prêts de voir un autre billet de promo sur ce blog) j'ai décidé de vous présenter Private Bébé surtout parce que je trouve leur service vraiment chouette, simple d'utilisation, qu'il va dans le bon sens pour la protection des données personnelles et de la vie privée, et que son créateur, Christophe, est un mec super sympa. J'ajoute que Christophe ne m'a pas demandé de faire un article : c'est un choix de ma part. D'ailleurs, à l'origine je m'étais inscrit sur Private Bébé anonymement.
Coucou, qui est là?

Private Bébé donc, est un service proposé par la société Ketch'Up, une entreprise de droit Suisse fondée dans ce but par Christophe et Audrey, jeune couple sympa affligé d'un gnome en bas-âge (ceci expliquant sans doute celà). Private Bébé, c'est : un blog rempli d'info, et un site sur lequel on peut créer son espace personnel privé, afin d'y déposer des photos et des vidéos de famille, rangées dans des albums. Cet espace personnel peut être partagé avec un certain nombre de contacts auquels on va attribuer des mots de passe, et qui, pourront commenter et "aimer" les contenus mis en ligne. Ajoutons à celà que votre espace est entièrement paramétrable au niveau de son apparence, avec des thèmes génériques assez variés, que vous pouvez de toute manière personnaliser à volonté. Vous hésitez ou vous n'êtes pas convaincu? Qu'à cela ne tienne : vous pouvez vous inscrire et profiter gratuitement du site pendant un mois, sans aucun engagement (vos coordonnées bancaires ne sont pas demandées). Et après si vous êtes intéressé, vous avez le choix entre deux formules : photo uniquement à 9,95€ par mois, et photos + vidéos à 19,90€ par mois (il y a aussi des offres à l'années, plus avantageuses), le tout en illimité. Et bien sur, puisque c'est le principe du site, vous restez totalement propriétaires de vos contenus. Cerise sur le gâteau, l'interface est d'une simplicité enfantine : c'est pas compliqué, ma maman de 80 berges passées navigue dessus avec une aisance qui ferait passer Julian Assange pour une sorte de Christine Albanel (ah, le parefeu Open Office!).

"Nan mais là je suis en train de préparer un leak des tweets de Nadine Morano. Comment ça ils sont déjà publics? Mais euh... elle le sait?"

Private Bébé présente aussi un autre avantage, non négligeable : il vous permet de disposer d'une sauvegarde délocalisée de vos photos de famille. Vous savez, celles auxquelles vous tenez précieusement (il suffit de demander aux gens ce qu'ils choisiraient de sauver en premier, hormis les être vivants, en cas d'incendie de leur maison : les photos de familles arrivent souvent en tête). Et bien justement, avec ce service, vos photos sont à l'abris sur des serveurs en Suisse, et peuvent être réimportées sur votre machine si besoin (crash du disque dur, pc qui brûle, virus informatique, cambriolage, effacement accidentel car vous êtes un boulet...). Alors oui, évidemment ce service se paye, mais au moins, vos données ne sont pas utilisées à des fins marketing et le service est garanti.

Vous savez presque tout. Me reste à vous présenter Audrey et Christophe, car comme je prends mon devoir d'information très à cœur, j'ai interviewé les créateurs de Private Bébé pour vous :

CHRISTOPHE

► Comment vous êtes vous rencontré toi et Audrey? Pas de carabistouilles, y aura contre-interrogatoire!
De façon peu originale. Audrey était trapéziste stagiaire dans un cirque bien connu (dont je tairais le nom afin de t'éviter des soucis avec le CSA) et son co-équipier s'est foulé la cheville en marchant dans un crottin d'éléphant quelques minutes avant d'entrer en scène. On a donc du trouver quelqu'un pour la remplacer. Son patron de l'époque a proposé au jeune homme (moi) qui s'occupait de repasser sa jupette à paillettes et son justaucorps moulant de venir faire un essai en conditions réelles. Et voilà, on s'est rencontré en plein vol et on ne s'est plus jamais quitté ! C'était il y a exactement….20 ans !

►C'est toi qui l'a séduite ?
Non c'est elle ! Comme elle me faisait voltiger à chaque représentation, je n'ai pas eu d'autre choix que de succomber à ses propositions indécentes.

►Tu es le créateur de la société Ketch'UP, l'entreprise qui se trouve derrière le site Private Bebe. pourquoi le nom "Ketch'up" ? C'est une private joke? Ça a un sens particulier pour vous ?
On avait envie d'un nom rigolo mais dynamique pour notre start-up. Donc un nom en UP, court et qui soit compréhensible facilement par un américain ou un chinois. Stratégique dans notre plan de conquête du monde. Comme Pull-ups avait déjà été choisi par une marque de couches bien connue, on a choisi Ketch'up. Une bonne idée pour attaquer le marché américain, non ?

►Moi je connais déjà plus ou moins la réponse, mais pour mes lecteurs qui ne vous connaissent pas, c'est quoi Private Bebe qu'est-ce qui vous a amené à en avoir l'idée?
Comme souvent, les idées que peuvent avoir des inventeurs viennent d'un besoin dans la vie de tous les jours. Quand notre fils est né, j'ai passé plus de 2 heures à la maternité à envoyer des SMS à nos familles, nos amis d'enfance et contacts pour leur annoncer que le divin enfant était arrivé et que tout s'était bien passé. Dès le lendemain de sa naissance, rebelotte, tous ou presque nous redemandaient encore des photos et aussi des vidéos…Comme beaucoup de nouveaux parents, dans ces moments là, on a autre chose à faire de notre temps que de passer des heures à envoyer des photos….Il fallait que je trouve une meilleure solution pour leur donner des nouvelles facilement et en toute sécurité car pour nous, il était hors de question de mettre nos photos de famille sur les réseaux sociaux.

J'ai passé quelques jours à chercher un service en ligne sécurisé, privé et très facile d'accès pour nos papy et mamies, je n'ai malheureusement rien trouvé de satisfaisant et pratique pour eux comme pour nous. J'ai donc eu l'idée de créer un petit site privé avec accès par mot de passe pour tous nos proches. Etant développeur sur internet depuis plus de 15 ans maintenant, j'ai fabriqué un espace familial privé, personnalisé et facilement accessible où tous nos proches pouvaient se connecter et avoir des nouvelles de notre famille. Avec leur accès privé, ils pouvaient voir nos albums photos, nos vidéos, laisser des commentaires, etc.

Evidemment, nous avons reçu beaucoup de commentaires et félicitations mais ce à quoi on ne s'attendait pas, c'est que plus d'une dizaine de contacts m'ont demandé de leur créer le même espace privé pour leur propre famille ! Voilà comment l'idée a germé.

►C'est toi qui code tout seul où vous avez des stagiaires enchaînés dans votre cave pour ça?
J'ai commencé tout seul et me suis fait aider par un ami développeur pour les quelques tâches dont j'avais besoin. Entre le cahier des charges, et le début du beta-test avec près de 200 familles francophones, il s'est passé près de 18 mois ! Ca peut paraître très long mais le budget de développement assez serré nous a obligé à procéder ainsi, avec les moyens du bord. Ca a bien évolué en 2 ans : la zone parent, l'espace privé, de nombreux thèmes graphiques, la personnalisation, la version mobile qui arrive…Quand on se lance dans un projet comme celui-là, il faut deux ingrédients qui sont primordiaux : être passionné et ne pas compter ses heures. :-)

►Vous avez choisit la Suisse pour vous installer et lancer votre startup car :
a/ Audrey est suissesse
a'/ tu es suisse
b/ y a des banques, des montres et surtout du chocolat
c/ c'était plus avantageux fiscalement et juridiquement et les paysages sont plus jolis
d/ la réponse d
e/ Obiwan Kenobi
f/ Ah zut! On est en Suisse?
g/ autre raison
G, la réponse G ! Et aussi pour le chocolat !
Plus sérieusement, entreprendre en France un projet sur le web tel que celui-là aurait été vraiment compliqué. J'avais déjà fait plusieurs expériences en France et surtout ayant habité pas mal de temps en Suisse cela m'a semblé naturel de démarrer cette activité ici.

►Le chocolat suisse est-il si bon qu'on le dit?
C'est le meilleur du monde ! Mais comme toutes les bonnes choses, à consommer avec parcimonie, bien sûr.

►La Suisse est-elle si propre qu'on le dit? C'est vrai qu'on risque plus de choper des médicaments que des maladies là-bas?
La Suisse et les Suisses sont surtout très respectueux sur beaucoup de plans ou de sujets societaux. C'est un pays accueillant que je recommande de visiter à tous ceux qui aiment la nature, les lacs, les montagnes.
Le canton de Vaud, du Jura ou de Neuchâtel pour ne citer qu'eux, sont très verts et le climat est vraiment agréable.

►Bon, ok, j'arrête avec la Suisse... Sans indiscrétion, Private Bebe ça commence à être rentable?
On commence à avoir une petite notoriété malgré notre jeunesse. Notre concept séduit de nombreuses familles qui utilisent notre service pour partager en privé leurs photos familiales et vidéos en famille avec leurs proches. De plus en plus de parents et futurs parents se rendent compte que ce n'est pas anodin d'utiliser les réseaux sociaux et encore moins quand ça concerne sa vie de famille.
Par ailleurs, nous venons de signer un partenariat avec deux enseignes de puériculture ainsi que plusieurs collaborations avec des boutiques e-commerce. Ca nous aide fortement à accroitre notre visibilité et faire l'acquisition d'une nouvelle clientèle qui ne nous connaissait pas auparavant.

►Vous avez des projets de développement? Des trucs dont vous pouvez nous parlez? Je sais pas moi... le rachat de Google ou Apple... Allez quoi, un p'tit scoop, soyez sympa... sinon je vais être obligé de causer du bouquin de Valérie Rottweiler pour attirer le chaland...
J'adorerais tellement voir de quelle manière tu pourrais traiter le sujet Rottweiler, que, la mort dans l'âme, je préfère ne rien dire pour t'y obliger. Bon, alors vraiment parce que c'est toi…On va lancer dans les jours qui arrivent la version Familiale de Private Bébé, pour les familles avec des enfants plus grands. Ce nouveau service va permettre à beaucoup de familles de pouvoir conserver leurs souvenirs (anniversaires, mariages, fêtes en famille, vacances, etc…) et de la même manière que Private Bébé, de pouvoir créer leur blog privé à partager avec leurs proches.

On a également l'affiliation famille toujours en version beta actuellement, qui va ouvrir ses portes d'ici quelques semaines. Notre plate-forme offre un programme de distribution online et offline avec un reversement très intéressant puisque la commission est de 9,95 HT ou 19,90 HT reversée à chaque abonnement de nouveau client.

Egalement, notre "blog bébé et maman" sur lequel nous dispensons chaque jour de nouveaux conseils pour les (futurs) parents (bientôt) en galère. ;-)

►Jennifer Lawrence vous a contacté pour héberger ses photos ?
Tout est piratable sur internet, rien n'est à 100% sécurisé, elle aurait dû s'en douter la pauvre. Néanmoins, quand on propose un service comme Private Bébé, qui protège la vie privée de ses utilisateurs, il y a peu de risque de se faire pirater. Pour tout te dire, on a même reçu les félicitations d'un groupe de hackers [NdPH : des "White Hat" à priori] pour notre initiative de protection de la vie privée et des données personnelles et ils nous ont même apporté leurs conseils sur quelques points techniques. Il faut également savoir que, sur nos serveurs, il n'y a aucun stockage de données personnelles, données sensibles ou numéros de cartes bancaires. Il n'y a donc aucun intérêt pour des pirates de faire des tentatives de piraterie sur nos serveurs.

►Lancer sa startup et son projet comme ça, c'est pas trop chronophage vis à vis de la vie de famille? Vous arrivez à profiter de votre gnome?
Un petit peu, si, d'autant que PrivateBebe.com est né quelques semaines après notre premier enfant. On s'occupe beaucoup de notre petit, notre bureau étant assez proche de la maison, j'essaye au maximum d'être là aux moments clés de la journée…le midi et pour donner le bain du soir avant de raconter les histoires indispensables au rituel du coucher.

►Portrait chinois express :
§ Si tu étais un animal de film, lequel, et que chanterais-tu comme chanson?
Pas un animal mais des animaux ! Sans hésitation et parce que Audrey me l'a suffisamment mise dans la tête…
Tout le monde, tout le monde, tout le monde veut devenir un cat ! Dans les aristochats

§ Si Audrey était une préparation culinaire, laquelle, de quelle couleur, et mangé par quelle vedette de cinéma?
Un classique culinaire en hommage à …. magneto Serge !
C'est ma petite moukreine à moi ! :-)


AUDREY

► Comment vous êtes vous rencontré toi et Christophe? Attention, je compare les réponses!
Je pourrais te dire que je descendais d'un arc en ciel à dos de chameau violet, mais non, rien de bien original, on s'est rencontré chez des amis communs quand on était étudiants (et jeunes et beaux et drôles et intelligents)

►Franchement, tu peux me le dire, c'est toi qui l'a séduit, non?
Non, je ne PEUX pas te le dire (il m'a harcelée jusqu'à ce que, de guerre lasse, je finisse par céder) !


►Si tu devais me "vendre" votre produit, Private Bebe, comment me présenterais-tu la chose?
Au-delà de la sécurité totale permettant de partager ses photos et vidéos de famille avec les proches de son choix, sans risque de les retrouver on ne sait où, pour moi, Private Bébé c'est aussi une superbe fabrique de souvenirs. Pouvoir organiser, sauvegarder, tout ce qui a trait à la vie de son bébé puis de son enfant avec autant de facilité et de clarté, en sachant qu'il pourra voir tout ça plus grand, c'est précieux.

►Il y a beaucoup d'esclaves de salariés qui travaillent chez Ketch'up ?
Point d'esclaves, uniquement des petites souris de laboratoire que nous avons sauvées d'une mort certaine et dressées à cet effet. Tu serais surpris de voir la vitesse avec laquelle elles tapent sur leur clavier avec leurs minuscules pattes, notamment pour répondre à ce questionnaire à ma place.


► Vous avez un gnome garçon je crois. Qui a choisit le prénom ?
a/ Toi
b/ Christophe
c/ je ne sais pas, ou étaient bourrés, on a retrouvé un post it collé sur un tigre, dans la salle de bain, avec le prénom griffonné dessus.
d/ la réponse d
e/ le docteur Rotule
f/ Flûte! Le prénom!!!! Je savais bien qu'on avait oublié un truc en sortant de la maternité!
g/ C'était consensuel (non ça n'est pas sale).
Réponse g. On voulait un prénom un peu original qui lui donne un maximum de chances de réussite. Thomas c'était banal, alors on opté pour Thomato. Thomato Ketch'Up. Preuve de sa réussite, son nom est déjà affiché partout dans le monde...

►Vous avez beaucoup hésité avant de lancer votre entreprise? Vous n'avez pas eu peur de prendre un risque, alors même que vous veniez d'avoir un enfant?
En fait non, c'était comme une évidence : nous étions certains de ce dans quoi nous nous lancions, on croyait fort en ce projet puisque, nous-mêmes, avions cherché en vain un tel support pour protéger l'identité numérique de notre bébé et que tous nos proches, en voyant ce que nous avions, nous réclamaient la même chose pour eux-mêmes et leurs enfants.

►Ça va? Christophe n'est pas trop tire-au-flanc ? Tu le fouettes un peu de temps en temps pour qu'il se remue?
Notez mon cher Hérisson que je préfère user de la carotte (et de son fameux et savoureux cake) plutôt que de la cravache, c'est plus efficace et ça laisse moins de traces, mais ce serait plutôt dans un but inverse.

►Imaginons que demain, en lisant mon siouperbe artikeule, un investisseur milliardaire décide d'injecter des fonds colossaux dans votre entreprise, vous faites quoi?
Tu veux dire, on FÊTE quoi, non ?

►Portrait chinois express :
§ Si tu étais un livre adapté en film, lequel, sous-titré en quelle langue, et qui doublerait ta voix?
Forcément "Belle du seigneur" sous-titré en paléo-sibérien avec la voix de Mireille (en mode Colargol)

§ Si Christophe était un jeu de société, lequel, avec ou sans piles, et pour quelle tranche d'âge?
"La liste des courses" pour les 3-7 ans

9 commentaires:

  1. Guinguette et gariguette ! Moi qui croyais que c'était son nom de famille Ketchup, ça démystifie.

    RépondreSupprimer
  2. Aie aie aie le colgate... (j ai mis au moins 20 lignes à m en remettre. ..)

    RépondreSupprimer
  3. Tssssss ! Le chocolat suisse le meilleur du monde ?
    Et le chaud cola belge, alors ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas sectaire, j'aime tous les chocolats (par contre, ni coca, Nicolas). Mais mon éthique va m'obliger à vérifier cela en personne : vous n'avez qu'à m'envoyer une boite de chocolats belges cher Eric, et Christophe m'enverra des chocolats suisses, et il ne me restera qu'à tester objectivement. Voilà voila...

      Supprimer
  4. Merci pour ces 20min de culture et de rigolade... ;)

    RépondreSupprimer