dimanche 26 mars 2017

La journée de l'infâme

–Papa?
–Oui ma princesse guerrière?
–C'est quoi la "journée de la femme"? Les filles ont une journée à elles? pourquoi une seule? Ça sert à quoi?
–Hum, comment t'expliquer...

Donc, le 8 mars dernier (comme tous les 8 mars depuis 1977 du reste) avait lieu la Journée Internationale Des Droits des Femmes, calée bien tranquillou-billou entre la Journée Internationale du Tennis et la Journée Internationale du Tibet. Si si. Là, franchement, vous êtes en bonne compagnie les filles.
En même, à quelques jours près c'est aussi pile entre la Journée Mondiale de l'Audition et la Journée mondiale de la Plomberie.

Cette journée de commémoration, officialisée par l'ONU en 1977 a principalement pour but de promouvoir l'égalité des droits hommes-femmes (droits tels que l'égalité salariale, le droit de vote, le droit de se gratter aussi les testiboules en buvant une kro devant un match de foutballe, le droit des femmes à disposer de leur corps comme elles l'entendent, etc...). Donc, tout naturellement on voit ce genre de commémoration bien sentie fleurir à cette période :

La capture d'écran est authentique à part nom de la marque a été trafiqué. Et encore...
Oui, les femmes ont des droits :
  1. le droit de porter une culotte propre
  2. et si possible sexy parce que bon hein ho c'est pas tout ça, mais faudrait pas négliger le droit des hommes à reluquer votre gracieux popotin gainé de dentelle
Car oui, grâce à un glissement sémantique audacieux, propre à faire pâlir Sean Spicer de jalousie...
"–Hein? Ah non, je ne suis pas troublé par les demoiselles peu vêtues au dessus de moi là, mais juste par le nombre d'américains venus célébrer l'investiture de Donald Trump. Point barre."


... nous sommes passé de :
Quand on veut vendre de la merde, ça passe mieux si on dit que c'est du crottin de licorne avec des paillettes.

J'imagine qu'en poursuivant ce glissement sémantique dans les années qui viennent, la "journée de la femme" deviendra "journée de la meuf", puis "journée de la meuf bonne", puis plus prosaïquement "journée du nichon".

Mais en attendant ce merveilleux moment, c'est donc l'occasion bien naturelle pour les médias de rendre hommage à des figures majeures de la féminité telles que :
  • Les femmes célèbres (pionnières, scientifiques, etc...) épouses d'hommes célèbres : de grandes dames telles que Olga Picasso, Jackie Kennedy, Pénélope Fillon...
  • Les femmes reconnues pour leur intelligence brillante plastique avantageuse (et leurs amants célèbres) : Maryline Monroe, Zahia, Kim Kardashian...

Bon, certes, on pourrait aussi parler de femmes qui ont fait des trucs important par elles-mêmes, telles que Amelia Earhart, Beryl Markham, Marie Marvingt, Nakano Takeko, et tant d'autres, mais bon, une seule journée du nichon de la meuf dans l'année, c'est court pour ça, alors restons sur des basiques.

Bon d'accord, je suis un peu mauvaise langue : les médias évoquent souvent des scientifiques telles que Marie Curie ou... euh...
"–Irène Joliot-Curie? J'ai bon?"

Bin oui, c'est marrant ça, je suis sûr que si je vous demande de citer une femme scientifique, la première (et probablement la seule) qui vous viendra sera Marie Curie. Faut-il en déduire qu'elle fut la seule femme scientifique de l'histoire? Ou du moins la seule à avoir fait une découverte majeure? Que nenni! C'est juste que les innombrables autres, on n'en parle jamais. Ainsi peut-on évoquer :

  • Katherine Johnson : une physicienne, mathématicienne et ingénieure afro-américaine qui fut celle qui calcula la trajectoire d'Appollo 11 entre autres (notons tout de même qu'un récent film, "Les figures de l'ombre", lui rend hommage à elle et ses consœurs qui participèrent aux programmes de la Nasa).
  • Mary Anning : pionnière de la datation géologique dans le cadre de la paléontologie, et découvreuse de nombreux fossiles remarquables.
  • Ada Lovelace : pionnière de l'informatique, première programmeuse au monde.
  • Lise Meitner : première physicienne a fournir une explication théorique au phénomène de la fission nucléaire et pourtant superbement oubliée par le prix Nobel.
  • Henrietta Swan Leavitt : astronome dont les travaux permirent de mesurer la distance entre la terre et les étoiles et galaxies loitaines, et donc d'estimer les dimensions de l'univers.
  • Rosalind Franklin : auteure des clichés au rayon X ayant permis de démontrer la structure en double hélice de l'ADN... découverte que se sont probablement attribués Watson et Cricks qui en retireront un prix Nobel sans même citer la pauvre Rosalind.

Vous étiez incapable de citer ces femmes? Rassurez-vous, moi aussi. Les classes de science n'en parlent jamais, alors pourquoi s'emmerder à le faire juste pour la journée de la femme. Marie Curie ça suffira bien hein...

Bon. La journée de la femme ça n'est pas seulement l'évocation de grandes figures féminines, c'est aussi et surtout l'occasion de célébrer les droits des femmes. Par exemple le droit des employées d'une entreprise à recevoir une rose de la part de leur patron. Ou encore des cours de zumba gratuits... Si si, ça célèbre le droit des femmes : les femmes ça aime les fleurs et la zumba. Non ça n'est pas du tout un fucking stéréotype. Chut.

D'ailleurs, je propose dans le même esprit que le 10 décembre, pour la Journée Internationale des Droits de l'Homme, toutes les entreprises offrent une clé à molette (symbole masculin et viril s'il en est) ou un pack de Krö à leurs employés masculins ainsi que des cours gratuits de Football Américain. On pourrait aussi envisager des petits concours sympa du genre de celui qui fait pipi le plus loin. Si tout va bien, on devrait en arriver à :
Il y a une certaine logique...

Mettez-vous biens dans la tête que la femme est l'égale de l'homme.

Elle est juste un petit peu moins égale, c'est tout.

La journée des détentrices de double chromosome X (d'ailleurs découverts par une femme : Nettie Stevens) est aussi un bon moment pour évoquer les faiblesses naturelles des femmes. Comme par exemple leur incapacité à enfanter sans se faire découper la choupinette au scalpel afin de laisser passer la tête d'un gnome. Oui, l'épisio. Quoi? Qu'est-ce qu'il y a? Attendez, vous ne me ferez pas croire que sans cet acte médical essentiel, l'être humain serait capable de se reproduire! En tout cas, c'est ce que le taux d'épisio pratiquées par la plupart des maternité laisse entendre hein...

Et puis il y a cette fâcheuse manie qu'ont les femmes de se retrouver en cloque suite à une très brève partie de jambes en l'air pas mémorable avec un type croisé sur Tindeec® ou Meeter® et dont elles ont déjà oublié le nom. Les cochonnes. Heureusement que les hommes savent se tenir, eux. Mais heureusement pour elles, là encore la médecine est d'un grand secours, puisque la prise préventive d'hormones de synthèse, ce qui est totalement anodin et sans effet secondaire, permet d'éviter une telle mésaventure de façon préventive. Voilà qui est bien commode, tant ces histoires d'avortement mettent tout le monde mal à l'aise... on ne va pas laisser les nanas décider elles-mêmes de ce qui est bon pour elles, franchement? Hein?
Le droit des femmes à disposer de leur corps? Pfff...

C'est aussi la journée idéale pour diffuser des films et séries mettant des femmes en vedette (mais ne passant pas le test de Bechdel parce qu'il ne faut pas déconner non plus) tels que Grey's Anatomy ou Hanouna et son perroquet-teub. Heu... attendez...
Si si, ça passe le test de Bechdel. Super large même. Hem. Pouf pouf...

Bon, je vais arrêter là, sinon on va m'accuser de faire du "mansplaining" sur la question. Bref, je veux juste dire à ma fille qu'elle peut devenir pompier, secrétaire, astronaute, coiffeuse, docteur en physique quantique, infirmière ou ce qu'elle voudra sans devoir se conformer à un stéréotype qui aura été choisi pour elle par la "société" ou je ne sais quel service marketing à la noix...
"–Ok, mais n'espère pas trop un Nobel hein... pour ça, faut avoir une quéquette."

–Et présidente de la République? C'est possible pour une femme ça présidente de la République?
–Et bien... statistiquement ça pourrait sembler difficile vu qu'il n'y a que deux femmes parmi les onze candidats, mais en fait, oui. Objectivement vu comment c'est barré, l'une d'elle a même toutes ses chances...
–Ah bin c'est chouette ça! Ça sera encore la journée de la femme alors.
–Bof, moi je dirais plutôt la journée de l'infâme dans le cas présent...
Ça fait partie du droit de femmes : le droit à nous foutre AUSSI les pétoches...

mardi 14 mars 2017

Voyage au Presidistan

A moins que vous n'ayez emménagé depuis quelques temps déjà dans un ashram tibétain perdu au milieu de l’Himalaya sans wifi ni télévision dans le but d'y trouver l'illumination via la culture de champignons hallucinogènes méditation transcendantale, ou juste que vous vous en contrefoutiez avec la toute dernière énergie, vous n'êtes sans doute pas passé à côté du fait que ce beau pays qu'est la France, patrie des droits de l'homme, du citoyen, du Cyril Hanouna, et du camembert qui pue des pieds s’apprête à commencer une excursion touristique dans un pays étrange, mystérieux, magique : le Presidistan!
C'est une allégorie : un monde enchanté rempli de trucs kawaïs, parcourus par un croco psychopathe...

Problème : quand on voyage en pays étranger, comment se prémunir des attrape-touristes qui te bourrent le mou dans le but de convaincre le maximum d'entre toi qu'il-ou-elle est Le Sauveur/La Sauveuse qui pourra mec-ze-France-gris-te-gaine, ramener le plein emploi, guérir les lépreux, faire plus de 2,1 enfants par femme, sauver Willy et le soldat Ryan, faire revenir l'être aimé en moins de 48h, casser l'internet, trouver un vaccin contre le Sida, remonter d'un ou deux points le QI de Nabilla et réformer l'Education Nationale réformer démonter la Sécurité Sociale. D'autant qu'au Presidistan, la langue de bois xyloglossie est la langue officielle...

Vous êtes perdu? NE PANIQUEZ PAS : Papa Hérisson est là pour vous servir de guide pour le...
Le Presidistan, c'est la jungle

Bienvenue au Presidistan! Vous êtes fatigué? C'est normal, c'est le jet lag.

–Euh... le jet lag? Mais on n'a pas quitté la France!

Tatata! Croyez-moi, il suffit d'écouter un discours politique pour vous en convaincre : les autochtones n'ont plus les pieds sur terre depuis longtemps...
Le Présidistan : ce pays merveilleux ou les chocolatines pains au chocolat sont à 15 centimes...

Population

La population du Presidistan se répartit principalement entre :
  • les Candidats comme on les appelle ici : ils forment la monarchie consanguine fin de race l'élite de cette petite nation bigarrée mais au combien détestable
  • le Staffdekampâgn : il s'agit de la petite bourgeoisie du Presidistan, celle qui rêve d'intégrer les rangs des Candidats en se rasant le matin, soit par promotion, soit par accouplement, soit par élimination de la caste dirigeante (ces deux dernières notions étant souvent très proches dans la culture locale)
  • les zéditorialistes-politiks : ils forment le haut clergé de la religion locale, le culte de Monkü-Magheul. Leurs oracles, leurs suppliques et leurs homélies vibrantes peuvent tirer des larmes aux plus endurcis parait-il. Leurs prophéties sont attendues chaque jour avec impatience par leurs fidèles : la légende veut qu'ils aient toujours raison, et que quand ils ont tort, c'est juste parce que vous n'avez rien compris et que vous êtes trop cons pour accomplir ces prophéties autoréalistatrices. C'est la notion d'Infaillibilité Palpable.
    Le cardinal Christophe Barbier fait une prophétie pour les primaires de la droite.
  • les Prestataires-zélés : ils forment la main d'oeuvre besogneuse du Presidistan, celle qui fournit au reste de la population locale de quoi vivre (sondages, meetings, rassemblements, pin's, t-shirts made in china, rétro-commissions, caisses noires...)
  • les Militantvalacrucheàleau : troupeau de fidèles des Candidats

Monnaie

La monnaie locale est théoriquement le Bul'tin d'voth, mais dans la pratique, n'importe quelle devise internationale permettant aux Candidats de se payer des putes, de la schnouffe, du champagne, et un compte aux îles Caïman quelques costumes bien taillés fera l'affaire.
Candidats en train de compter des bul'tin d'voth.

On vous aura prévenu
Les gadgets, souvenirs et autre goodies vendus par le Staffdekampâgn sont de vulgaires breloques Made in China, souvent vendues très au-dessus des prix du marché. Bref, c'est un attrape-touriste. Si vous vous sentez l'âme aventureuse, en s'écartant des zones touristiques, il est possible de trouver des couloirs peu usités à l'Assemblée où vous pourrez peut être croiser un vieux sénateur pittoresque ou quelque député aux abois. Il sera alors possible de négocier des produits typiques authentiques : emploi fictif, sondages surfacturés, etc...

Se déplacer

Au Presidistan, le transport utilisé varie beaucoup selon la position dans la hiérarchie sociale. Ainsi, la plupart des Candidats et le Staffdekampâgn se déplacent en avion privé, voiture avec chauffeur ou autocar de campagne. Le caviar et les putes de luxe sont en option cependant. Il arrive cependant que par manque de moyens, certains privilégient le train. Les zéditorialistes-politiks quant à eux se déplacent aussi peu que possible, préférant rester sédentaires dans leur temples médiatiques de la capitale, d'où ils observent le monde avec une acuité sans cesse renouvelée. En tant que touriste, vous n'aurez guère besoin de vous déplacer : la plupart du temps, les Candidats viennent à vous. On se contentera du bus ou du métro pour rejoindre le lieu du meeting local, ou le traditionnel burod'voth, généralement très proche de lieu de villégiature.

On vous aura prévenu
Le  Staffdekampâgn met parfois à votre disposition des autocars pour vous rendre à un rassemblement organisé par un Candidat à l'autre bout du pays. Ces autocars sont généralement gratuits, mais comme on dit : "Si c'est gratuit, c'est toi le produit!". Vous risquez de vous retrouver embarqué contre votre gré dans une cérémonie locale dont les tenants et les aboutissants vous échappent, et pouvant potentiellement impliquer des juges, des policiers et des matraques des t-shirts particulièrement moches.
Sans compter que cela peut constituer des preuves accablantes de mauvais goût à cotre encontre...


Vieilles pierres

Si vous aimez visiter des ruines : on ne saurait trop vous recommander la visite des QG de campagne de certains Candidats malheureux. Pour les amateurs de vieilles pierres, le Sénat peut également vous intéresser : le spectacle de la transhumance de ces vieux sénateurs placides, se déplaçant majestueusement avec déambulateur et sonde urinaire vers la buvette de l'Assemblée pour aller s'y rincer le muzo abreuver d'une coupette de champagne est de toute beauté.

On vous aura prévenu
Si vous êtes une femme, en particulier si vous êtes plutôt jeune et d'apparence agréable, nous vous recommandons vivement d'éviter certains couloirs de l'Assemblée : le Presidistan reste un état encore très patriarcal, et il n'est pas rare que certains de ses habitants se montrent un peu rudes à l'égard d'accortes jeunes femmes, en pensant certainement que le droit de cuissage est toujours en vigueur... L'utilisation d'un spray lacrymogène et/ou d'un mouvement ascendant rapide de votre rotule en direction des testiboules du malandrin est alors vivement recommandée.
Député un peu entreprenant en train d'être remis à sa place.

Législation locale sur  les substances psychotropes

Les lois sur les drogues et l'alcool sont sensiblement les mêmes que partout, mais de nombreux Candidats, leur Staffdekampâgn et la plupart des zéditorialistes-politiks se shootent au Sondage, bien qu'ils prétendent souvent le contraire avec une évidente mauvaise foi.
C'est pas faux...
Un proverbe local dit d'ailleurs : "Quand le sondage est bon, il est truqué, quand il est mauvais il est biaisé!".

On vous aura prévenu
Si vous envisagez tester l'usage récréatif des Sondages durant votre séjour, soyez très prudent : beaucoup de Sondages sont coupés à l'acide de batterie aux dividendes du CAC 40, ce qui peut laisser des séquelles pouvant aller jusqu'à un président grave.

Adoption

Vous pourriez être tenté d'adopter un Candidat : c'est très facile à faire car les services sociaux du Presidistan sont peu regardants. En outre, plusieurs personnes peuvent adopter le même Candidat : c'est même encouragé (ça fonctionne comme une sorte de parrainage).

On vous aura prévenu
Soyez prudent cependant, c'est un engagement à long terme, et vous pourriez vous retrouver avec un Candidat ingérable ou stupide voire carrément destructeur. Moi personnellement, je vous recommande plutôt d'adopter un chien ou un chat dans un refuge proche de chez vous :
  1. vous ferez un heureux
  2. si destructeur que puisse être l'animal choisi, il le sera sans doute infiniment moins que n'importe quel Candidat
    –Mince! Mon Candidat est un zombie...

Communiquer

La langue officielle du Presidistan, la Xyloglossie, ressemble fortement au français. Toutefois ne vous y trompez pas, il ne s'agit là que d'une apparence, et vous risquez fort d'être rapidement perdu si vous comptez uniquement sur vos talents de locuteur de la langue de Cyril Hanouna Voltaire. En effet, de nombreuses expressions prennent un tout autre sens en Xyloglossie, et il est donc très facile de commettre un impair qui peux s'avérer désastreux. Voici donc un petit glossaire pour vous y retrouver :
  • Exemplarité : peut se traduire peu ou prou par "pas vu pas pris". Exemple : "Un président de la République se doit d'être exemplaire, imaginerait-on le général De Gaulle mis en examen?"
  • Complot : peut se traduire par "merde je me suis fait gauler!". Voir aussi Acharnement médiatique.
  • Acharnement médiatique : équivalent local d'un bon "Oh ta gueule!". Exemple "Cet acharnement médiatique contre moi est particulièrement malsain pour la démocratie."="Putain mais lâchez-moi la grappe! Ok j'ai piqué dans la caisse, on va pas en faire un fromage!"
  • Patriotisme : sorte d'onomatopée généralement vide de sens. Voir aussi Convictions.
  • Convictions :  juron un peu fourre-tout utilisé comme exclamation, n'a pas de sens particulier. Exemple : "Mes convictions m'interdisent de renoncer si mon honneur est mis en cause par l'acharnement médiatique." = "Mordel de berde je m'ai fait gauler!"
  • Justice : équivalent local du poker menteur. Exemple : "Je fais confiance à la justice de mon pays!" = "Heureusement que j'ai un avocat hors de prix!"; "La justice est instrumentalisée par le pouvoir!" = "Fuck! Même mon avocat à 5000€ de l'heure ne peut plus me sauver les miches!"
  • Démocratie : façon détournée et polie de désigner sa pomme. Exemple : "Seul le vote utile peut sauver la démocratie!" = "Votez pour moi!"
  • Excellente : de merde. Exemple : "C'est une excellente question, et je vous remercie de me l'avoir posée..."="Mais c'est quoi cette question de merde?"
  • Chiffre : équivalent local de "abracadabra". Exemples : "Cette bataille de chiffres n'intéresse pas nos compatriotes!" = "Abracadabra, ta question a disparu DTC!"; "Laissez-moi vous donner quelques chiffres pour appuyer mon propos..."="Abracadabra, la Reine de Coeur était dans votre slip et vous n'avez rien vu!"
  • Ethique : gros mot. Exemple : "Je ne vous autorise pas à remettre en cause mon éthique!" = "Ta génitrice fait des fellations aux plantigrades!"
  • Jamais : parfois. Exemple : "Je n'ai jamais touché de pot de vin!"
  • Toujours : rarement. Exemple : "J'ai toujours été irréprochable sur le plan de l'éthique." (double combo)
  • Soutien : coup de poignard dans le dos ("backstab"). Exemple : "Bien sûr, François Fillon, dont je partage les convictions, a tout mon soutien dans cette épreuve."="Bon, moi je vais rallier Macron si je veux avoir une chance de choper un ministère..."
  • Enjeu : désigne vaguement un truc ou un machin dont on se fout un peu, voire qui nous fait doucement rigoler mais qui a l'air cool pour les autres. Exemple : "L'écologie est un enjeu important pour la démocratie..."="Les p'tites plantes et les p'tits oiseaux? Si vous saviez à quel point je m'en cogne le ouistiti avec un plumeau à franges!"
  • Essentiel, Sans faille, Crucial, Majeur : marque d'insistance superlative. Exemple : "Ce référendum sur la constitution européenne représente un enjeu essentiel pour l'avenir de la construction européenne!"="Votre avis, vous pouvez le plier en 12 et vous le carrer bien profond dans le croupion en chantant la javanaise! Que vous votiez oui ou non, on fera ce qu'on voudra mouahaha!"
  • Mondialisation : vague prétexte. Voir aussi Crise. Exemple : "J'ai la conviction qu'à l'heure de la mondialisation, l'enjeu essentiel pour la démocratie est d'apporter le soutien sans faille de l'Etat contre les chiffres du chômage!"="Putain, vos emplois vont prendre cher les copains!"
  • Rupture : terme cosmétique. Exemple : "La politique que je propose est en rupture avec..."="'tain! Vous avez vu ma nouvelle coiffure?"
  • Citoyen : pigeon. Exemple : "C'est un impôt citoyen..."="Vous allez vous faire pigeonner."
  • Les Français, les Françaises : les gueux. Exemple : "J'aime aller au contact des Françaises et des Français pour connaître leurs attentes."="J'ai aperçu un gueux l'autre jour derrière la grille du manoir."
  • Pacte républicain : promesse en l'air. Exemple : "J'ai la conviction qu'il faut rétablir le pacte républicain avec les citoyens."="Eh les pigeons : votez pour ma pomme, j'ai un juge qui me colle aux miches!"
  • Système : adjectif péjoratif, équivalent du "fucking" des américains, ou du "putain" français. Exemples :"Système médiatique"="ces fucking journalistes fouille-merde"; "le Système" (tout court) ="tous les enculés qui ne sont pas d'accord avec ma pomme"
  • Immigration, migrant : croque-mitaine qui sert à faire peur aux enfants. Exemple : "L'immigration menace notre culture judéo-chrétienne!"="Je ne sais pas comment faire pour résoudre vos problèmes à la con, on va dire que c'est la faute de Mouloud qui a perdu sa femme et ses enfants dans un bombardement en Syrie." Voir aussi Chômage.
  • Courage, courageux, courageuse : qui va faire mal au croupion. Exemple : "Le courage politique, c'est de ne jamais céder au diktat de la rue!"="Les manifestants peuvent toujours se carrer leurs revendications dans le..."
  • Réforme : jeu local proche du jeu de l'oie et du Monopoly. A son tour de jeu, le joueur avance tout en faisant reculer ses adversaires. Le jeu est sans fin : le plateau est circulaire, et l'on passe son temps à avancer et reculer.
     
  • Chômage : autre croque-mitaine. Exemple : "Nous ne pourrons pas lutter contre le chômage sans des réformes courageuses."="Ah, rue de la Paix, deux hôtels : ça va faire mal au croupion ça, ... attention, ohlà! Oui, obligé de payer sinon, pfiouuu : chômage!"
  • Compromis : piège, attrape-nigauds. Exemple : "Nous devons parvenir à un compromis entre les différents courants de notre famille politique."="Je vais bien bien vous entuber."
  • Acteur : pigeon (cf Citoyen) mais dans un sens plus large (groupe de pigeons). Exemple : "Cette reforme doit être un compromis entre les différents acteurs : syndicats, patronat, pouvoirs publics..."="Eh les pigeons! Un p'tit poker menteur que je vous plume?"
  • Vérité : air de pipeau. Exemple : "Il faut dire la vérité aux français, c'est un enjeu démocratique!"=" ♫♪♫♪ Eh les gueux, votez pour ma gueule parce que j'ai du style."
  • Opposition :  vague désaccord pour le principe.
  • Europe, Européen : équivalent de "cépamafote". Exemple : "C'est une réforme européenne"="Double six, t'as perdu. Cépamafote c'est les règles!" ;"L'Europe ne ne donne pas les coudées franches pour restaurer notre économie!"="Cépamafote si y a plus fric!"
  • Arbitrage : décision arbitraire et généralement pénalisante. Voir aussi Compromis. Exemple : "Le président rendra bientôt son arbitrage sur cette réforme courageuse."="Belote, rebelote, dix de der, doublette, cacatac, cagactac et chante sloubi.T'as perdu et tu va l'avoir dans le..."
  • Décentralisation : privatisation. Exemple : "L'Europe encourage la décentralisation."="Cépamafote, mais les feignasses de fonctionnaires vont être remplacés par des employés privés non qualifiés payés à coups de pied au cul."
  • Détermination, déterminé : équivalent de "allez vous faire mettre, c'est comme ça épicétou!". Exemple : "Malgré l'acharnement médiatique et judiciaire, je reste déterminé."="Vous me faites chier, allez vous faire mettre, c'est comme ça épicétou!".
  • Développer, développement : brasser de l'air en se donnant des airs. Exemple : "Il faut encourager le développement de la formation professionnelle, c'est un enjeu essentiel pour la lutte contre le chômage."=Je vous ai improvisé une petite chorégraphie pour vous distraire au sujet du truc là, le machin..."
  • Engagement, engagé :  peut se traduire par "on s'en fout", ou "d'façon je ferais comme ça me chante". Exemples : "Je m'engage à soutenir le vainqueur de la primaire citoyenne."="Votez comme vous voulez les pigeons, d'façon Hamon je peux pas le saquer!";"Je m'engage à retirer ma candidature en cas de mise en examen"="Dans vos rêves je me retire! Vous pouvez vous brosser!"
  • La France : équivaut au classique "Dans Ton Cul". "La France d'abord!"="Dans Ton Cul d'abord!"; "Mon engagement pour La France est sans faille!"="Dans Ton Cul! Je fais ce je veux!"
  • République, républicain : moi et mes potes. Exemple : "Cet acharnement médiatique ne peut que nuire aux valeurs républicaines!"="'tain c'est bon oui? Vous nous faites chier moi et mes potes!"
  • Partenaires sociaux : théâtre de Guignol.
  • Dialoguer, dialogue, concertation : opposer une fin de non-recevoir. Exemple : "Cette réforme ne sera mise en place qu'après la fin de la concertation avec les partenaires sociaux."="Il est chiant ce spectacle, vivement que ça soit fini que j'envoie chier tout le monde."
  • Cohésion sociale : façon de dire "nous n'avons pas les mêmes valeurs". Exemple : "Je suis déterminé à dialoguer avec les différents acteurs concernés par le maintien de la cohésion sociale."="Du fric? Vous pouvez vous brosser les pigeons, on n'a pas gardé les clés du coffre de chez Rothschild ensemble."
  • Démocratie participative : poudre aux yeux. Exemple : "La primaire est un bel exemple de démocratie participative."="C'est bon? On peut arrêter le show maintenant?"
  • Social : principe de la carotte et du bâton, mais sans la carotte. Exemple : "C'est là un enjeu social majeur!"="Penchez-vous en avant, et toussez un coup..."
  • Egalité des chances : pile je gagne, face tu perds. "C'est une réforme destinée à renforcer l'égalité des chances au sein de la République."Et si on dirais que je serais Rabouin des Bois et que je prendrais aux riches pour donner à moi et mes potes?"
  • Libre et non faussé : mes potes miliardaires. Exemple : "L'Europe intègre des règles de concurrence libre et non faussée."="Cépamafote, mais mes potes milliardaires vont encore s'en mettre plein les fouilles!"
  • Laïcité : c'est çui qui dit qui y est. Exemple : "Les français n'ont pas peur de la vérité : l'immigration incontrôlée représente une menace pour la laïcité républicaine."="Les gueux, vos emmerdes c'est pas la faute de moi et mes potes, c'est la faute à Mouloud qui joue du djembé."
  • Projet : publicité mensongère. Exemple : "Ce que je veux gagner, c'est que vous, partout, vous alliez le faire gagner ! PARCE QUE C'EST NOTRE PROJET!Vive la république, et vive la France !"="Enlarge your penis, clic >>here<<."
    "–Où est-ce qu'on signe?"
  • Vote utile : go ahead, make my day. Exemple : "Face à la montée de l'extrémisme, les français doivent privilégier le vote utile tout en favorisant un projet républicain."="Tu votes pour ma belle gueule et celle de mes potes et on va te filer du viagra gratos. Et sinon on te pète ta gueule sale gueux."
Il existe de nombreux autres termes et expressions : fondamentalement, il n'est point nécessaire de toutes les connaître. Un seul grand principe est à retenir : ne pas se fier au sens objectif des mots employés, ils ne sont là que pour noyer le poisson. Exemple pratique :


On vous aura prévenu
Ne pas voter peut entrainer un président grave et voter sans conviction peut entrainer des désillusions sévères : l'homme ou la femme providentielle n'existe pas de toute façon. Le meilleur moyen de changer le monde, c'est de commencer à le faire vous-mêmes à votre niveau sans trop compter sur un bout de papier format PQ glissé dans une boîte dont vous n'avez pas la clé.

Et n'oubliez pas : "La politique est le moyen pour des hommes sans principes de diriger des hommes sans mémoire !" (Voltaire)

lundi 20 février 2017

La boite me nuit

–Et tu bosses dans quoi exactement toi?

A cette question qui vous a sans doute déjà été posée, il y a une chance non négligeable que vous fassiez, comme moi, partie de la proportion non négligeable de la population qui fera une réponse du genre :

–Oh, bin, je suis dans une boite qui...
"–To be or not to be a Shrodinger's cat..."


La suite de la phrase est sans réel intérêt : vous bossez dans une boite. Cette seule partie de la réponse en dit déjà long sur votre façon de considérer votre travail. D'autant qu'il y a de fortes chances que pour vous rendre dans cette "boite", vous utilisiez quotidiennement votre caisse, ou éventuellement le tube pour peu que vous viviez dans une ville qui en est équipée, et que le midi vous vous fassiez réchauffer une boite ou une barquette à la cantoche.

Ajoutons que selon toute vraisemblance, vous avez intégré cette boite quelques années après avoir quitté le bahut... et que si vous êtes encore jeune, vous sortez sans doute encore en boite pour vous détendre la samedi soir. Autant vous dire que vous êtes mal barré : vous êtes atteint d'un terrible syndrome, le syndrome de la p'tite boite.
La boite de la honte...

Consolez-vous : d'une certaine façon, vous n'y êtes pas pour grand chose, car le syndrome de la p'tite boite touche la quasi totalité de notre société.

Oui : aussi con que ça puisse paraître, nous passons notre temps à essayer de rentrer dans des boites ou des p'tites cases, et ce, nonobstant le fait que la forme général d'un être humain (que nous qualifieront de patatoïde pour être sympa) ne s'y prête guère...
Ah bin ça, c'est toujours plus facile en théorie hein...
Car oui, si on réfléchit deux minutes, tout est fait pour tenter de nous réduire à un nombre limité de choix binaires...
  • fille ou garçon
  • homo ou hétéro
  • vaginale ou clitoridienne
  • bleu ou rose
  • fromage ou dessert
  • droite ou gauche
  • scientifique ou littéraire
  • madame ou mademoiselle
  • un sucre ou deux
  • etc...
    "...ceux qui ont un flingue chargé, et ceux qui creusent. Toi tu creuses."
... ou de compartiments bien délimités...
  • tranche d'âge
  • très satisfait/satisfait/moyennement satisfait/peu satisfait/pas du tout satisfait
  • style musical
  • catégorie socio-professionnel
  • signe astrologique
  • type de personnalité
  • couleur préférée
  • etc...

Regardez bien autour de vous : ces formulaires qui sont censés vous décrire de la façon la plus précise possible sont innombrables. Et ça commence dès la naissance, lorsque le pédiatre qui vous examine inscrit vos mensurations (taille/poids) dans les p'tits graphiques qui vont bien avec leurs jolies courbes pré-tracées de moyennes standard. Gare à vous si vous vous en écartez : si la nature aime bien la diversité, notre société de consommation en revanche elle, pas trop.

Hélas les enfants n'aiment pas se conformer aux règles, aux normes... heureusement, l'école est là pour les faire rentrer dans le moule. Avec de jolies notes qui montrent si vous êtes bien standardisé ou pas assez.

Pardon? Vous dites? L'école sert à éduquer, instruire et à apprendre à réfléchir? Vous êtes sûrs que nous avons fréquentés la même école?
C'est plutôt ça...
L'école prétend sans doute apprendre à réfléchir, mais dans la pratique son rôle se borne à transmettre une éducation standardisée (les fameux programmes, socles communs et autres connaissances exigibles) tout en essayant de rendre les élèves le plus conformistes possibles (on lève la main avant de parler, on fait sa démonstration mathématique de telle façon et pas telle autre, on fait sa rédaction selon telle structure, etc...).

Ça n'est même pas par incompétence de la part des professeurs : juste par conformisme de leur part. Ils restituent ce qu'on leur a appris, de la façon dont on leur a appris. Et ceux qui voudraient changer ces méthodes traditionnelles sont souvent assez mal vus. De toutes façons, chez nous l'enseignent est sélectionné par concours : on filtre les individus les plus conformes au standard, qui connaissent leur matière sur le bout des doigts, sans se préoccuper de leur capacité à transmettre leur savoir. La pédagogie n'est d'ailleurs vaguement abordée qu'en seconde année de CAPES, donc APRES l'obtention du concours. Et encore, souvent sur le tas dans le meilleur des cas. Et le privé, c'est pareil : le concours (CAFEPS) est d'ailleurs exactement le même. Seul le nom change.

Même les grandes écoles prestigieuses (polytechnique, l'ENA, etc...) n'encouragent rien moins qu'une forme délétère de conformisme : les places étant limitées, seuls les "meilleurs"  sont sélectionnés, c'est à dire ceux qui se conforment le plus à la norme désirée en terme de savoirs mémorisés (et pas nécessairement compris), de respect d'un cadre rigide, et de capacité à marcher sur la gueule de ses collègues (puisque les places sont limitées).
Il ne peut en rester qu'un. Désolé. Hin hin.
Dit autrement : on sélectionne des tueurs méthodiques et robotisés comme le dit Albert Jacquard :


Et malheur à celui ou celle qui prendrait trop de liberté avec les règles de l'école : celui ou celle-là se verrait alors frappé du sceau infamant de "l'élève perturbateur" ou "gêneur"... qualificatif qui risque bien de le/la poursuivre une bonne partie de sa scolarité. Tiens, encore une petite case d'ailleurs...

Ne croyez pas que je plaisante : mes gnomes en maternelle/primaire évoquent régulièrement les élèves "gêneurs" qui se sont fait épinglés en classe. Pas de doute, ces derniers sont catalogués, et cette image leur collera durablement à la peau.

–Oui, bon, m'enfin les maîtres et les maîtresses ne peuvent pas faire cours si c'est le bordel aussi...

Peut être... mais si ces élèves sont dissipés cela tend à démontrer que le cours est inintéressant, ou du moins pas adapté pour focaliser leur attention. Or l'intuition nous le dit, et les recherches en neuroscience le confirment : il est bien plus difficile d'apprendre si l'on n'est pas intéressé. Moralité : pour être efficace, l'apprentissage doit être ludique.

–Et puis quoi encore? Jouer pendant les cours?

Et pourquoi pas? Le jeu mobilise l'attention et les fonctions cérébrales : il a le mérite de mobiliser cette attention que les enseignants réclament dans les apprentissages. Dans la nature, tous les petits apprennent en jouant. Quand des renardeaux jouent à se poursuivre et à se battre, sous l’œil vigilant des parents, c'est une façon de s'exercer pour la chasse dont leur vie dépendra plus tard.
Bon, cet article commence à être chiant, je le sens...

C'est une question d'ergonomie cérébrale...

–De quoi? D'ergonomie cérébrale? Je connais l'ergonomie, mais l'ergonomie cérébrale... késako?

Bon. Pour soulever votre sac de courses qui pèse une tonne-flutain-de-sa-race par exemple, vous utilisez la poignée prévue à cet effet, idéalement à pleine main. Pas le côté du sac en l'attrapant par le petit doigt. La poignée est prévue pour ça et à la dimension idéale pour s'adapter à la taille de la main : c'est de l'ergonomie.
Exemple de mauvaise ergonomie

De même, pour vous saisir d'un concept intellectuel, en particulier s'il est nouveau ou ardu, il est préférable d'utiliser des poignées cognitives : c'est à dire une façon motivante et intéressante de manipuler le concept. J'imagine par exemple, que beaucoup d'entre toi, cher lecteur (ou lecteuse) se souvient moins de ses cours de SVT au collège/lycée, que de ceci :
♪ ♫ La vie, la vie, la vie la vie ♫♪

Ce dessin animé, éducatif, est un bon exemple d'ergonomie cérébrale : la présentation est ludique, et du coup, ça se retient mieux.

C'est un constat général : on apprend mieux en jouant. Tous les jeunes mammifères apprennent de cette façon... enfin, tous sauf les humains, que l'on préfère enfermer en nombre dans des salles closes afin d'y recevoir un savoir peu ludique, et en étant sanctionnés par des notes. Ça marche sans doute, à la marge, mais c'est peu ergonomique pour le cerveau. Donc peu efficace en terme de rendement.
"–Mon garçon, il va falloir bûcher si tu veux un bon job!"

Si vous en avez l'occasion, je vous recommande la lecture de "Libérez votre cerveau" du neuroscientique Idriss Aberkane, il est extrêmement instructif sur la manière aberrante dont notre système éducatif fonctionne, et sur celle beaucoup plus pertinente dont il pourrait fonctionner.

Prenons un exemple simple : jouer à Candy Crush® parait être à la portée de tout le monde, et nombre de joueurs y passeraient des heures et des heures, à réessayer jusqu'à réussir à passer un tableau. Le nombre de joueurs de par le monde est d'ailleurs considérable. En revanche, demandez aux mêmes personnes de suivre un cours de math de haut niveau et de passer des heures à résoudre des matrices mathématiques, et je ne suis pas certain que vous obteniez la même motivation. Et pourtant... un tableau de Candy Crush® n'est guère différent d'une matrice. Seule la présentation et le côté ludique diffèrent.
Bon, on reste dans les p'tites cases hein...

Société schizophrène que la notre : nous ne cessons d'espérer et d'aspirer à des idées novatrices et des "réformes", alors même que tout dans le système éducatif et le monde du travail concourt à brider les façons de penser originales. Notons d'ailleurs que, comme Aberkane le fait remarquer dans son livre, ce sont rarement les bons élèves sortis premiers de leur promo à l'école qui bouleversent le monde, mais plus souvent des individus autodidactes, parfois élèves médiocres à l'école, mais surtout anticonformistes et qui réfléchissent d'une façon différente des autres. Albert Einstein était par exemple considéré comme un élève médiocre.

Hélas, l'école n'est généralement que la première étape d'une société absurde ou tout est fait pour brider l'initiative et l'originalité : le monde du travail déteste les électrons libre. Surtout les boites qui fabriquent ou vendent on ne sait trop quoi sans originalité : leur dogme est la Norme sacro-sainte, et leur credo est la Standardisation, y compris celle de leurs employés. Pas étonnant alors que tant de gens finissent en burnout après avoir sacrifié le temps et gâché leurs capacités dans un quelconque bullshit job...

Si certaines entreprises comme Gogole™ semblent avoir compris que le meilleur moyen d'obtenir des résultats exceptionnels et une motivation sans faille de ses employés est de leur donner un environnement de travail agréable et ludique et de les encourager à développer des projets personnels, nombres de boites en sont encore à mettre en oeuvre des stratégies managériales dignes de Game of Thrones.
"–Bon, je vous laisse, je dois me rendre à mon entretien annuel..."
Tiens d'ailleurs, je me demande si les employés de chez Gogole™ disent travailler dans une boite eux...

–Oui, enfin bon... la plupart des boites encouragent quand même les éléments prometteurs à l'aide de primes et de promotions!

Oui et non : la plupart du temps, ces P&P (primes & promotions) sont surtout liées à l'atteinte ou au dépassement des objectifs.

–Bin justement, le dépassement des objectifs, c'est une preuve d'initiative, non?

Pas vraiment : sauf cas exceptionnel, ça dénote surtout la capacité à appliquer à la lettre les consignes dans un but de productivité (quand bien même cette productivité serait peut être supérieure par d'autres méthodes : l'arrivée ponctuelle d'entreprises ou de technologies dites disruptives le démontre). En gros, l'employé qui dépasse ses objectifs ne bouleverse pas le standard : il établit seulement un nouveau standard quantitatif qui pousse les dirigeants à augmenter leurs attentes vis à vis des autres employés et à pousser encore plus la standardisation... jusqu'à la rupture : burnout des employés et/ou perte de compétitivité face à une autre entreprise qui aura su faire évoluer le concept, avant de se scléroser à son tour en campant sur ce nouveau standard. Et ainsi de suite.
C'est un cercle vicieux.
Le problème de la standardisation des employés, c'est que dès lors, l'humain devient remplaçable : l'arrivée progressive des intelligences artificielles, fussent-elle Faibles (car je ne crois à l'émergence d'IA Fortes dans un proche avenir... coucou Skynet!), rend cela inéluctable. Il y aura certainement de l'opposition : au XIXème siècle, les luddites ont bien tenté de s'opposer à l'arriver des métier à tisser mécaniques qui détruisaient des emplois dans l'industrie textile... et l'on voit où on en est aujourd'hui. Mais est-ce vraiment une mauvaise chose? Doit-on vraiment s'inquiéter de voir des machines faire des métiers... de machines?

Toute la question, c'est de savoir si on pourra donner aux humains... des métiers d'humains. Quelque chose me dit que ça n'en prend pas le chemin...
♫ Antisocial tu perds ton sang froid ♪



Bonus :