dimanche 14 octobre 2018

Les calottes sont cuites, ou le syndrome de la balayette à chiottes

Le problème avec l'écologie (et je ne parle pas de l'écologie politique, ça c'est encore un autre problème) et le réchauffement climatique ça n'est pas que tout le monde s'en fout.
Bah non justement, je viens de dire le contraire...
D'ailleurs, tout le monde ne s'en fout pas :
Marche pour le climat du 13 octobre, à Angers
Non, le vrai problème, c'est le syndrome de la balayette à chiottes.

–Que... quoi?

Le syndrome de la balayette à chiottes. Vous voyez quand même ce que c'est une balayette à chiottes?
Mesdames messieurs : la cause de la prochaine fin du monde.

–Mais... quel rapport avec l'écologie et le réchauffement climatique?

C'est simple : chez vous, quand vous allez aux toilettes et que vous faites un truc un peu trop... explosif par exemple, pour prenez la balayette et vous nettoyez, parce que sinon c'est un peu dégueu. Bon. Par contre, vous aurez certainement remarqué qu'en collectivité, c'est loin d'être toujours le cas. A croire que le mec qui vient de déposer un bousin d'éléphanteau diarrhéique dans la cuvette se dit que ça va disparaître tout seul ou que des gens sont payés pour nettoyer sa m... En gros, plutôt que d'attraper la balayette et de récurer un chouïa la porcelaine, ils préfèrent laisser le prochain qui va rentrer s'en charger à leur place, ce que ce dernier se garde généralement bien de faire au final, préférant faire la grimace en lançant un "Beurk!" dégoûté avant de passer dans le chiotte d'à côté et d'y lâcher leur propre bouse méphitique. Bref : chacun se refile la balayette, et personne (ou presque) ne l'utilise vu que c'est son chiotte à lui, mince naméo!

Bin l'écologie c'est pareil, tout le monde ne s'en fiche pas, mais c'est surtout que ceux qui s'en foutent justement, sont :

  1. les plus nombreux
  2.  ceux qui ont le pouvoir/le pognon/l'influence (rayer la mention inutile ou ajoutez-y celle de votre choix) de décider pour les autres que les p'tites bébêtes, les arbres, l'eau claire et la santé publique on s'en tartine la courge avec une balayette à chiottes. 24 carats la balayette à chiottes soit dit en passant.


Samedi 13 octobre, au cas ou vous ne l'auriez pas su, avait lieu une énième marche pour le climat. En gros une manif ou plein de gens concernés –non ça veut pas dire plein de gens un peu trop bon et cernés par un cordon de CRS un peu bas du front, je ne me permettrais pas...– défilaient pour dire que ça pourrait être sympa d'arrêter les conneries sur le plan environnemental. Ou si vous préférez, que ça serait éventuellement cool que la seule planète habitable que l'on connaisse puisse le rester un minimum, vu que c'est là où on habite. Où l'on habite TOUS. Y compris les propriétaires de la fameuse balayette à chiottes, du toilette qui va avec, et du rouleau PQ qui l'accompagne. En gros, si chacun pouvait au minimum laisser les lieux dans l'état dans lequel il les a trouvé...
Même essuyée avec une feuille d'or, la m... reste de la m...
Je le sais, j'y étais, dans l'une des 80 manifs organisée dans 80 villes de France. Y avait un peu de monde hein. Disons 1000 à 2000 personnes à vu de truffe dans mon patelin, 14 à 15.000  à Paris, ce qui démontre bien que tout le monde ne s'en fout pas. Mais ça reste peu. Très peu. Trop peu. Au journal du soir ou à la radio : juste un entrefilet à ce sujet...

"... manifestation ce jour qui a réuni plusieurs milliers de personnes pour attirer l'attention sur les changements climatiques. Sans transition, l'info du jour c'est l'élection de Anabelle Varane au titre de miss Nord-Pas-De-Calais, pendant que Eric Zemmour..."

Entre la brosse à WC et le rouleau de papier toilette je vous dis.

Et pourtant, c'est pas faute de le dire que la situation est critique :
Je passe sur toutes les alertes précédentes qui nous ont été données : ça doit faire au bas mot 30 ou 40 ans que des scientifiques nous préviennent qu'on est dans la mouise si on ne change pas de façon de faire.

–Oui, bon, ok, mais il y a eu l'accord de Paris quand même...

Aaaaah oui, le fameux accord de Paris. On parle bien de cet accord qui vise à contenir la hausse des température en deçà de 2° à l'horizon 2100 hein? Donc un bon demi degré au dessus de la limite au delà de laquelle on va prendre cher? Cet accord dont les USA (l'un des premier pollueurs de la planète) viennent de se retirer sous l'impulsion de Donald, célèbre propriétaire de chiotte en or? Cet accord passé en décembre 2015 visant à réduire chaque année les émissions de gaz à effet de serre, passé à Paris, capitale de la France, l'un des principaux signataires et promoteur de cet accord ("Make our planet great again!"), France dont les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de 3,2% en 2017?

–Euh... oui... hum...

Ah oui donc. Ça à l'air chouette dites moi. Je pense que ça a des chances de fonctionner. D'ici un ou deux millions d'années.
Plus d'humains, plus de CO2.
–Oui bon d'accord, les politiques se foutent de nous, mais la finance mène le monde : or l'économie peut parfaitement devenir verte! La preuve, le dernier Nobel d'économie promeut une croissance verte!

Ah bah oui, à fond la croissance verte. D'ailleurs William Nordhaus, l'un des économistes "verts" récompensé cette année du prix Nobel d'économie et d'avis qu'une augmentation des températures de 3,5°c (soit deux de plus que ce que le GIEC et la majorité des scientifiques pensent être la limite extrême de ce que notre biosphère pourra supporter sans catastrophe irrémédiable) c'est cool! Il y voit une opportunité sur le plan économique et financier. Notez bien, c'est sur que lorsque tout sera parti e couille, il va y avoir des sacrées opportunités sur le marché du travail : 
  • plus d'abeilles? qu'à cela ne tienne, des emplois de pollinisateurs s'ouvrent à vous!
  • explosion des pandémies tropicales (ébola, Marburg, etc...) dans les pays développés? pas grave, les labos pharmaceutiques vont se faire des testiboules en or massif (décidément...)
  • submersion de larges zones par la montée des eaux? peuh! Ça va favoriser le bâtiment et la fabrication de digues ou la construction d'îles artificielles. Enfin, pour ceux qui peuvent se les offrir bien sûr, parce que ça doit bien coûter un WC en or ces trucs là...
–Non, mais la montée des océans, il parait que c'est du pipeau : même si les pôles fondent ça fait pas monter le volume car les glace prend plus de place que l'eau au final! Pensez aux bouteilles qui éclatent au congélateur!

Vous auriez pu avoir raison. Sauf seule la calotte polaire nord est une calotte flottante. Le continent antarctique est un sol rocheux recouvert de glace : si elle fond, cela augmentera inévitablement le volume d'eau présent. Et ne parlons pas des glaciers présents un peu partout dans le monde. Au delà de ça, il y a un autre problème : la dilatation thermique des océans. Comme toute matière, l'eau à tendance à se dilater lorsqu'elle se réchauffe. A l'échelle d'une bouteille d'eau c'est faible, mais à l'échelle de l'ensemble des océans, ça peut représenter plusieurs mètres de hausse.

Et là, on n'aborde cette problématique que sous l'angle de la submersion des terres. Et déjà, il faut penser aux déplacements de populations, et donc aux troubles géopolitiques que cela va engendrer. Vous avez kiffé la crise des migrants en méditerranée? Alors vous allez adorez la crise des réfugiés climatiques j'en suis sûr...

Mais ça n'est pas tout : si les pôles fondent, ça aura un impact sur les courants marins. Le Gulf Stream par exemple qui apporte la chaleur équatoriale sur l'Europe. Sans lui, l'hiver continental en Europe serait sans doute beaucoup plus rude. Que diriez vous d'hiver à -20 ou -30°? Vous avez noté comme c'est le bazar sur les routes et les rails de France dès qu'il y a 1 cm de neige? Vous imaginez à 40 cm? Et puis, ça serait sympa les étés à 50°c et les hivers à -30 non? Aucune chance que des tels écarts de températures aient la moindre conséquence sur la structure des bâtiments et des ouvrages d'art hein...
Va falloir vous y habituer...
Et puis, il y a les maladies. Qui dit hausse des températures, dit territoire plus vaste pour certains insectes vecteurs de maladies tels que les moustiques. Vous verrez : ébola c'est sympa. Ça vous fera même regretter la bonne vieille grippe. Ah non, elle sera toujours là. Ainsi que le choléra, la peste, zika, le SRAS, etc...

–Ok ok, n'en jetez plus. Mais bon, les scientifiques trouveront bien un truc pour nous sortir de là! Et la géo-ingénierie alors?

Et oui bien sûr : le mythe scientiste.

–Hein?

Oui, cette vieille croyance comme quoi "Oh bin, les savants, ils vont bien nous trouver un truc hein!". Ah bin remarquez, ils fourmillent d'idées. Et en grand format en plus! En vrac : 
–Quoi? T'as mal au crâne? Bin t'as qu'à te tirer une balle dans la tête!
  • envoyer un grand écran dans l'espace entre la terre et le soleil pour filtrer et réduire le rayonnement solaire et ainsi refroidir la terre
  • ensemencer les océan avec des millions de tonnes de fer ou de calcium pour augmenter la rétention de CO2
  • repeindre de vaste surfaces (genre des pays entiers hein) en blanc pour augmenter la réflexion lumineuse et faire baisser la température
  • ensemencer les nuages avec du souffre pour obscurcir le ciel (et donc faire baisser la température
  • installer des gros machines pour filtrer l'air et extraire le CO2 (alimentées probablement avec des hamsters dans des roues pour ne pas produire du CO2 en même temps on imagine?)
Et j'en passe et des meilleures. Et tout ça à l'échelle planétaire évidemment. Le truc qui ne coûterait bien sûr pas une blinde un pognon de dingue et qui est totalement crédible.
Totalement.

Le pire, c'est que certains commencent à spéculer financièrement sur des telles technologies, partant du principe que parvenir à limiter nos conneries c'est peu crédible et que donc on en viendra forcément à ce genre de solutions à la con.

Ah au fait : toutes ces technologies sont purement hypothétiques, personne n'ayant la plus petite foutue idée de la manière dont l'intervention sur l'un de ces paramètres (ensoleillement, rétention des océans, etc...) pourraient avoir un impact non prévu et potentiellement destructeur. Voilà voilà.

On passera bien évidemment que ces technologies pourraient déboucher sur des armes climatiques, avec les effets dévastateurs que l'on imagine... Franchement, qui prendra le risque de se lancer là dedans au risque de tout péter encore plus sévère que maintenant?
Ok, mettons que je n'ai rien dit.

Bref. En attendant a prochaine manif n'y fera probablement rien de plus. Et d'ailleurs, il n'y aura sans doute guère plus de monde à s'y rendre. 

Nous sommes tous tellement occupés, entre la sortie shopping, le match de foot des enfants, le dernier Marvel à voir au ciné en 4D avec odorama et le lavage de la voiture... pas évident de se dégager du temps pour toutes ces conneries d'écolo. Et puis franchement hein : y en a encore plein des pitis insectes et des pitis oiseaux. Et pis dans le fond, on vit bien hein... c'est pas si nul le réchauffement climatique : on peut même se faire un barbec' avec de bonnes saucisses OGM un 13 octobre avec 29° sur la terrasse en sirotant un pastaga tout en aspergeant son gazon de bon Roundup® de chez Monsantox®. Franchement, je vois pas ce qui pourrait tourner vinaigre hein...

Bon. Vous je ne sais pas, mais au cas où, moi, je vais me préparer au pire hein...
Je vous laisse la balayette à chiottes hein...

2 commentaires:

  1. Voila ! Je crois que tu as tout dit ! Je ne connaissais pas le theoreme de la balayette ... mais c'est ca ! A noter quand meme que ca fonctionne aussi avec tout le reste ! Tout est vision court-termiste :(

    RépondreSupprimer